France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Et si les hôteliers étaient plus puissants que les taxis?

En savoir plus

Comme vous le savez il existe déjà différents types de libéralisme, le libéralisme anglo saxon, rhénan, l’ordo libéralisme, voici maintenant le libéralisme français ou demi-libéralisme.

Je m’explique. D’un côté, il faut libéraliser le travail, notamment sur Internet, libéraliser le travail grâce à Internet ça se dit uberiser. On uberise donc, les taxis aujourd’hui, les livreurs, et demain pourquoi pas les médecins. En revanche, hors de question de libéraliser le capital. Autant Uber est incité à faire, laissé faire, autant Air B'n'B est entravé, accusé de faire monter les prix de l’immobilier, d’empêcher les locaux de se loger. Comme le titre Les Echos de ce matin, les grandes villes déclarent la guerre à Air B'n'B, la mairie de Paris veut encadrer ces locations, Alain Juppé souhaite lui aussi agir, c’est ce que l’on appelle un consensus.

Publicité

Alors je me demande s’il n’y a pas beaucoup d’hypocrisie la dedans. Car enfin, les prix hauts de l’immobilier n’ont pas été inventés par Air B'n'B. Mais surtout, il y a un vrai deux poids deux mesures dans le fait de laisser un individu devenir taxi, s’il le souhaite, mais l’empêcher de se transformer en hôtelier, si, d’aventure, il avait cette même envie. Comme s’il y avait des lois pour l’automobile et d’autres pour l’immobile, votre voiture vous en faites ce que vous voulez, votre appartement en revanche, on ne vous laissera pas faire n’importe quoi.

A moins, à moins, que les hôteliers soient plus forts que les taxis. Et quand je pense aux hôteliers, je ne songe pas aux artisans, mais aux grands groupes hôteliers. Imaginez par exemple, pure hypothèse, si Accor était en désaccord avec Air B'n'B, cela aurait il des conséquences ? Comme si la loi Travail était préférable à la loi capital, parce que précisément, le capital c’est capital.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production