Taillée dans la pierre et laissant les traces d’outils apparentes, La Cathédrale réunit en une même œuvre deux mains droites (1908).
Taillée dans la pierre et laissant les traces d’outils apparentes, La Cathédrale réunit en une même œuvre deux mains droites (1908).  - Auguste Rodin
Taillée dans la pierre et laissant les traces d’outils apparentes, La Cathédrale réunit en une même œuvre deux mains droites (1908). - Auguste Rodin
Taillée dans la pierre et laissant les traces d’outils apparentes, La Cathédrale réunit en une même œuvre deux mains droites (1908). - Auguste Rodin
Publicité

La professeure de philosophie au Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, Cécile Renouard, évoque "la grâce qui passe comme un souffle léger" entre les mains de la sculpture de "La Cathédrale" de Rodin.

Avec
  • Cécile Renouard Philosophe, directrice scientifique du programme de recherche CoDev pour compagnies et développement à l’ESSEC et Présidente du Campus de la Transition.

Cécile Renouard est professeure de philosophie au Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris, directrice du programme de recherches CODEV – entreprises et développement à l'ESSEC. Elle enseigne à l'ESSEC, à l'Ecole des Mines de Paris et à Sciences Po. Elle est auteure de plusieurs ouvrages dont 20 Propositions pour réformer le capitalisme (co-dirigé avec Gaël Giraud, Champs-Flammarion, 2012), Ethique et entreprise (L'Atelier, 2015).

"Je cherchais une oeuvre d'art à la fois liée à la question de l'engagement, de la transcendance... mais qui puisse aussi parler à des non-chrétiens ou agnostiques", Cécile Renouard.

Publicité

Pour aller plus loin : 

Retrouvez ici toutes les informations sur "La Cathédrale" sur le site du musée Rodin.

Réécoutez l'entretien de Cécile Renouard avec Frédéric Worms " Au delà du capitalisme" sur France Culture.