Publicité

Guerre commerciale avec la Chine, scénarios de guerre armée avec l'Iran, mais bons résultats économiques et cote de popularité au plus haut... A quoi joue Donald Trump ? Eléments de réponses avec Dick Howard, philosophe et auteur des "Ombres de l'Amérique".

Avec
  • Dick Howard Philosophe, professeur émérite à la Stony Brook University de New York et membre, entre autres, du comité de rédaction de la revue Esprit.

Direction les Etats-Unis après une semaine agitée pour Donald Trump... Agitée, mais pas nécessairement mauvaise. Des bonnes nouvelles d’abord : après la publication des bons résultats économiques du premier trimestre, la cote de popularité du président américain n’a jamais été aussi élevée, ce qui lui a donné des armes lors des discussions qui ont eu lieu hier et avant-hier avec la Chine pour tenter de trouver un accord commercial.  Des moins bonnes ensuite : les Etats-Unis ont de nouveau durci les sanctions à l’égard de Téhéran qui s’est affranchi des restrictions imposées à son programme nucléaire, et l’on parle désormais des scénarios d’une guerre avec l’Iran. Washington ne veut pas de conflit, mais se tient prêt avec un porte-avions, une task force aérienne et un navire militaire au Moyen-Orient. Reste le plan intérieur : des révélations contre ses anciens déboires financiers dans la presse, la convocation de Donald Trump Jr dans le cadre de l’enquête sur l’ingérence russe pendant la campagne, et un bras de fer continu avec les Démocrates dont certains demandent sa destitution. Quelle image se dégage du pays et de son président ?

Dick Howard, philosophe, professeur émérite à la Stony Brook University à New York

Publicité

La situation domestique me préoccupe : nos institutions républicaines vont-elles tenir ? C’est la question qu’on se posait à l’élection de Trump, et ça va de mal en pis, comme on le voit dans les conflits avec le Congrès. Il n’y a de comparable que Nixon et le Watergate.

La conscience de tout Américain est hantée par le destin de Rome ! Ne va-t-on pas devenir si riche, si oisif, si repu, que nous allons en oublier l’idée de la démocratie ?

Le point de départ de mon dernier livre est la manifestation du "pouvoir blanc" qui a eu lieu à Charlottesville. J'ai pu observer une renaissance du ressentiment. Je commence à soupçonner les gilets jaunes d’avoir ce ressentiment-là aussi.

À l'occasion de sa venue à Paris, il participera :
-le 13 mai, à un débat à la Fondation Heine (Paris 14e) - co-organisé avec la fondation Ebert.
-le 15 mai, à un débat à la Fondation Gabriel Péri (Pantin).
-le 4 juin, à un débat à la Fondation Jean-Jaurès - avec Laurent Bouvier.

Le choix musical de Dick Howard : There But For Fortune de Joan Baez. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe