Edgar Morin
Edgar Morin ©AFP - FRED DUFOUR
Edgar Morin ©AFP - FRED DUFOUR
Edgar Morin ©AFP - FRED DUFOUR
Publicité

Berlin, hier et aujourd’hui en compagnie d’un amoureux de la ville, l'un de nos plus grands penseurs, Edgar Morin, qui est aussi un des plus vieux témoins du XXe siècle, qu’il a traversé, puisque dans deux ans il aura 100 ans, et l’un des meilleurs observateurs de l’évolution de notre monde.

Avec

Pour le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin, nous recevons l’un des plus vieux témoins de cette époque qui est aussi l’un des meilleurs observateurs de l’évolution de notre monde, le sociologue et philosophe Edgar Morin, amoureux de Berlin auquel il consacre un livre Dans Berlin en métamorphoses (Le cherche midi éd.)

Le 9 novembre 1989 a représenté un espoir fou de liberté pour le monde entier. Une victoire de la démocratie et de la liberté. On ne s'est pas trompé, c'est juste que l'Histoire n'est pas irréversible. La démocratie est un régime fragile. Rien n’est jamais acquis.

Publicité

Berlin est une ville symbole, elle a longtemps été divisée en deux villes apparemment jumelles mais qui chacune appartenait à une galaxie politique ennemie. Les mondes occidental et soviétique avaient trouvé à Berlin l'endroit où s'implantaient et s'affrontaient deux civilisations tout a fait différentes.

L’Europe est aujourd'hui un squelette : elle n’a plus d’âme ni d’esprit. Elle est actuellement malade et la question de son avenir est posée.

Je suis très frappé par la beauté des soulèvements populaires de par le monde qui souffrent des inégalités et du poids de l’argent. Mais malheureusement, ces mouvements n’ont pas de structure : ils sont condamnés à être écrasés ou à tomber. Leur caractère anarchique est le facteur de leur décomposition. Ce qui m’attriste, c’est la campagne de dénigrement et de répression contre les bonnes intentions.

La vie est un combat permanent entre Eros et Thanatos, l'Amour et la Mort, les forces du Bien et celles du Mal. Moi j'ai choisi le parti d'Eros, et parfois, c'est Eros qui l'emporte. Mais il ne faut pas cesser de se battre. 

Choix musical de l'invité(e) ♪♫

  • "A Paris dans chaque faubourg" - Du film 14 juillet de René Clair

Pour Aller plus loin

L'équipe