La BD "Salto", parue le 17 juin aux éditions Le Lombard
La BD "Salto", parue le 17 juin aux éditions Le Lombard
La BD "Salto", parue le 17 juin aux éditions Le Lombard
Publicité
Résumé

Emission du 8 août.

avec :

Mark Bellido (scénariste de « Salto. L’histoire du marchand de bonbons qui disparut sous la pluie » (Le Lombard)), Judith Vanistendael (dessinatrice, coloriste et scénariste).

En savoir plus

Avant, Miguel vivait dans le sud de l’Espagne et vendait des bonbons. Il élevait ses deux petits garçons au soleil avec sa femme Ana dans un petit village andalou, oubliait régulièrement de payer les factures, jetait son téléphone quand ça ne captait pas, ne faisait pas payer les clients du camion de friandises. Miguel est aussi écrivain, mais il n’écrit plus une ligne depuis un moment. Il cherche l’inspiration, et un job puisqu’il s’est fait renvoyer.

A l’aube de l’an 2006, la lutte indépendantiste armée a repris de plus belle au Pays basque, et l’on recrute à tour de bras des gardes du corps pour les politiciens visés par l’ETA. Et voilà Miguel, devenu Mikel, installé à Pampelune la pluvieuse, en charge de la protection d’un édile local.

Publicité

Judith Vanistendael, l’illustratrice de Salto, fait un usage remarquable de la couleur dans ce brillant roman graphique. Elle a utilisé la risographie, un procédé d’imprimerie qui ne permet pas de mélange de couleur : chaque couleur est appliquée l’une après l’autre. Le lecteur est englouti par les angoisses bleues anthracites de Mikel face à la mort, le vide, l’acier de son colt et la séparation avec Ana. Car la protection rapprochée envahit tout, sans pitié pour les enfants, les anniversaires et l’amour.

Au-delà d’un pan de l’histoire ibérique, c’est la manière dont la peur infiltre insidieusement le quotidien en détruisant tout sur son passage que relatent les auteurs. Il s’agit d’une histoire vraie, quatre années de la vie du scénariste Mark Gallido, qu’il a racontée sur le chemin de Compostelle à Judith Vanistendael. De Bruxelles, sa ville d’adoption, il dit qu’elle est assez « bâtarde » pour accueillir un sans-pedigree comme lui. Et peut-être aussi pour comprendre ces années sombres de l’histoire espagnole, qui résonnent tristement avec le 22 mars en Belgique. D’ailleurs, Judith Vanistendael habite Molenbeek, ce quartier qualifié à l’emporte-pièce de foyer de terrorisme. Raison de plus pour oser un salto avant au cœur de la terreur et décrypter le mécanisme qui nous y habitue?

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Victor Dekyvère
Production
Olivier Bétard
Réalisation
Lise Côme
Réalisation