Baisse de la dépense publique : à quel prix ?

La Cour des Comptes à Paris
La Cour des Comptes à Paris ©AFP - LUDOVIC MARIN
La Cour des Comptes à Paris ©AFP - LUDOVIC MARIN
La Cour des Comptes à Paris ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité

En réponse à des informations publiées dans le Canard Enchainé sur une éventuelle volonté du gouvernement de réduire de 7 milliards d’euros le budget des aides sociales, la ministre de la Santé garantissait hier qu’il n’était "pas question de faire des économies sur les plus vulnérables."

Avec
  • François Ecalle Ancien magistrat à la Cour des comptes, président de Fipeco, association d'information sur les finances publiques
  • Anne Eydoux Maîtresse de conférences d’économie au Cnam, chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) et au Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), membre des Economistes atterrés

Des propos qui contredisent ceux de Bruno Lemaire qui quelques semaines plus tôt avait affirmé que le gouvernement envisageait un rabotage des aides sociales en cas de baisse du chômage. Un discours plus nuancé en revanche du côté de Gérald Darmanin qui a assuré que les « prestations sociales individuelles » ne diminueraient pas, tout en considérant qu'il y avait « trop » d'aides sociales en France et qu’il « fallait revoir le système d'aides sociales ». 

Ces déclarations interviennent alors que le gouvernement a promis de réduire la dépense publique de trois points de PIB d'ici 2022 par le biais notamment d'une réforme de l'Etat et des services publics. 

Publicité

L'équipe