Photomontage des portraits de Silvio Berlusconi et de Matteo Renzi tenue par un partisan du Mouvement 5 étoiles, lors d’une manifestation contre la loi électorale votée en octobre 2017.
Photomontage des portraits de Silvio Berlusconi et de Matteo Renzi tenue par un partisan du Mouvement 5 étoiles, lors d’une manifestation contre la loi électorale votée en octobre 2017. ©AFP - Alberto Pizzoli
Photomontage des portraits de Silvio Berlusconi et de Matteo Renzi tenue par un partisan du Mouvement 5 étoiles, lors d’une manifestation contre la loi électorale votée en octobre 2017. ©AFP - Alberto Pizzoli
Photomontage des portraits de Silvio Berlusconi et de Matteo Renzi tenue par un partisan du Mouvement 5 étoiles, lors d’une manifestation contre la loi électorale votée en octobre 2017. ©AFP - Alberto Pizzoli
Publicité

Quelques semaines après l’entrée au gouvernement de l’extrême-droite autrichienne et la victoire des populistes Tchèques, c’est désormais l’Italie qui se trouve confrontée à la double menace du Mouvement 5 Etoiles et d’une coalition de droite dure dirigée en sous-main par l’éternel Silvio Berlusconi

Avec
  • Marc Lazar Pofesseur d’histoire et de sociologie politique, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po à Paris

Après le Brexit, l’élection de Donald Trump et la présence du Front National au second tour de l’élection présidentielle française,  le camp progressiste occidental fut pris d’un vent de panique devant la montée d’une vague populiste qui semblait devoir tout emporter. 

Le soulagement généré par la victoire d’Emmanuel Macron a pu faire croire au début d’un nouveau cycle pour les partisans d’une Europe ouverte et libérale, convaincus que la reprise économique observée dans toute l’UE allait tarir la source des mécontentements dont les extrêmes ont fait depuis dix ans leur fonds de commerce. 

Publicité
L'Invité des Matins
17 min

Mais quelques semaines après l’entrée au gouvernement de l’extrême-droite autrichienne et la victoire des populistes Tchèques, c’est désormais l’Italie, troisième économie du continent, qui se trouve confrontée à la double menace du Mouvement 5 Etoiles et d’une coalition de droite dure dirigée en sous-main par l’éternel Silvio Berlusconi. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La campagne italienne, marquée par un euroscepticisme grandissant et une surenchère anti-migrants, va-t-elle marquer le retour de la vague populiste en Europe ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Marc Lazar, professeur des universités en histoire et sociologie politique à Sciences Po. Il dirige le Groupe de recherches pluridisciplinaires sur l’Italie contemporaine (GREPIC) au Centre de recherche internationale (CERI). 

L'Invité des Matins
15 min

L'équipe