Vue générale du premier comité interministériel de la transformation publique, le 1er février 2018 ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Vue générale du premier comité interministériel de la transformation publique, le 1er février 2018 ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Vue générale du premier comité interministériel de la transformation publique, le 1er février 2018 ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité
Résumé

Après le droit du travail, c’est au statut de la fonction publique que souhaite s’attaquer le gouvernement. Au moment où les sondages indiquent le mécontentement des Français quant à la baisse de leur pouvoir d’achat, la chute des bourses mondiales rappelle que le redémarrage français reste fragile.

avec :

Jézabel Couppey-Soubeyran (économiste, maîtresse de conférences en Sciences économiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et conseillère scientifique à l'Institut Veblen), Henri Sterdyniak (économiste, directeur du département économie de la mondialisation de l'OFCE et professeur associé à l'université Paris IX-Dauphine).

En savoir plus

Après une décennie de crise et de stagnation, tous les indicateurs économiques semblent repasser au vert. Profitant de cette éclaircie longtemps attendue, Emmanuel Macron et le gouvernement souhaitent accélérer le rythme des réformes structurelles de l’économie française, jusqu’ici rendues impossibles par un contexte jamais opportun. 

7 min

Après le droit du travail, c’est donc au statut de la fonction publique que souhaite s’attaquer le gouvernement. 

Publicité

Pourtant, au moment où les sondages indiquent le mécontentement des Français quant à la baisse de leur pouvoir d’achat et leur scepticisme face à l’action économique du « président des riches », la brusque chute des bourses mondiales est venue rappeler que le redémarrage français, dont dépend la faisabilité des réformes annoncées, reste fragile et dépendant des aléas d’une finance pas forcément mieux régulée qu’en 2008.

14 min
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Sébastien Petitot
Production déléguée