Sept syndicats et organisations représentant la SNCF se sont mobilisés dans la rue le 22 mars 2018
Sept syndicats et organisations représentant la SNCF se sont mobilisés dans la rue le 22 mars 2018 ©AFP - DENIS MEYER / HANS LUCAS
Sept syndicats et organisations représentant la SNCF se sont mobilisés dans la rue le 22 mars 2018 ©AFP - DENIS MEYER / HANS LUCAS
Sept syndicats et organisations représentant la SNCF se sont mobilisés dans la rue le 22 mars 2018 ©AFP - DENIS MEYER / HANS LUCAS
Publicité

Cheminots, éboueurs, pilotes ou encore électriciens feront aujourd’hui partie des nombreuses professions qui cesseront le travail pour protester contre leurs conditions de travail et les réformes que le gouvernement Macron souhaite engager dans leurs différents secteurs.

Avec
  • Sophie Binet co-secrétaire générale de la CGT des cadres et techniciens (UGICT-CGT).
  • Manuel Cervera-Marzal Sociologue et chercheur à l'Université de Liège et chercheur associé à l'EHESS

Après des premières mobilisations en demi-teinte à l’Automne contre une Loi Travail finalement votée sans encombres, ces différents mouvements de contestation lancés en ce début de Printemps pourraient cette fois-ci bénéficier d’un effet d’accumulation susceptible de gêner un gouvernement qui a eu jusqu’ici les mains libres pour mettre en place son projet de libéralisation de l'économie française. 

Tout l’enjeu pour l’exécutif est désormais de savoir si les syndicats et les travailleurs peuvent devenir la principale force d’opposition à son action. 

Publicité

L'équipe