La mobilisation des surveillants pénitentiaires se poursuit. Ici, devant le centre pénitentiaire de la ville de Béziers, le 22/01/18
La mobilisation des surveillants pénitentiaires se poursuit. Ici, devant le centre pénitentiaire de la ville de Béziers, le 22/01/18
La mobilisation des surveillants pénitentiaires se poursuit. Ici, devant le centre pénitentiaire de la ville de Béziers, le 22/01/18 ©AFP - PASCAL GUYOT
La mobilisation des surveillants pénitentiaires se poursuit. Ici, devant le centre pénitentiaire de la ville de Béziers, le 22/01/18 ©AFP - PASCAL GUYOT
La mobilisation des surveillants pénitentiaires se poursuit. Ici, devant le centre pénitentiaire de la ville de Béziers, le 22/01/18 ©AFP - PASCAL GUYOT
Publicité
Résumé

Les surveillants pénitentiaires mènent depuis plusieurs jours un mouvement de contestation pour protester contre les agressions dont ils sont victimes. Le dialogue entamé hier entre les syndicats et la ministre de la Justice Nicole Belloubet, devrait se poursuivre aujourd'hui, faute d'arrangement

avec :

Jean-Marie Delarue (Président de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH), ancien contrôleur général des lieux de privation de liberté.), Thierry Marx.

En savoir plus

Les surveillants pénitentiaires mènent depuis plusieurs jours un mouvement de contestation dans toute la France pour protester contre les agressions dont ils sont victimes. Alors que ces derniers réclament plus de moyens, de considération et des meilleures rémunérations, le dialogue entamé hier entre organisations syndicales et la ministre de la Justice Nicole Belloubet, devrait se poursuivre aujourd’hui faute d’arrangement.

Les syndicats avaient déjà rejeté samedi une proposition qui prévoyait notamment la création de 1100 postes de surveillants en quatre ans. Hier, plus de la moitié des établissements pénitentiaires étaient touchés par ce mouvement et les syndicats ont prévenu que ces actions se poursuivraient «jusqu'à ce que le gouvernement entende [leurs] revendications». Surveiller est-il devenu une punition ? 

Publicité
16 min

Pour répondre à cette question, nous recevons Jean-Marie Delarue, ancien Contrôleur général des lieux de privation de liberté de 2008 à 2014, auteur des rapports annuels du Contrôleur général des lieux de privation de liberté, et Thierry Marx, chef cuisinier, présentateur de l’émission “Un chef en prison” sur 13e Rue, également auteur de On ne meurt pas la bouche pleine, un polar co-écrit avec Odile Bouhie, publié aux éditions Plon.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

15 min
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Sébastien Petitot
Production déléguée