Réforme de l’Université : pourquoi ça bloque ?

Des étudiants manifestent devant la faculté de droit et sciences politiques de Montpellier, le 26 mars 2018
Des étudiants manifestent devant la faculté de droit et sciences politiques de Montpellier, le 26 mars 2018 ©AFP - SYLVAIN THOMAS
Des étudiants manifestent devant la faculté de droit et sciences politiques de Montpellier, le 26 mars 2018 ©AFP - SYLVAIN THOMAS
Des étudiants manifestent devant la faculté de droit et sciences politiques de Montpellier, le 26 mars 2018 ©AFP - SYLVAIN THOMAS
Publicité

Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes ou encore Paris, plusieurs universités sont actuellement bloquées ou partiellement occupées par des étudiants qui protestent contre la loi « Orientation et réussite des étudiants » qui modifie les conditions d'accès à l'université.

Avec
  • Georges Haddad président de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Ses opposants dénoncent notamment une sélection à l’entrée à l’université. Les blocages sont marqués par des violences, comme à la faculté de droit et de sciences politiques de Montpellier, où dans la nuit du jeudi 22 mars, des opposants à la réforme de l’universitéont été évacués par des hommes cagoulés. 

Les étudiants sont appelés à suivre la manifestation du mardi 3 avril qui réunira cheminots, pilotes d’Air France ou encore éboueurs de Paris dans la rue. 

Publicité

Et alors que le manque de places dans les universités est toujours pointé du doigt, les lycéens ont jusqu'à demain pour finaliser leurs dossiers et confirmer leurs vœux sur Parcoursup, la nouvelle plateforme d’orientation. 

L'équipe