Manifestation reprenant le mouvement des "Slut Walk", pour dénoncer les comportements sexistes et agressions sexuelles, le 06 octobre 2012 à Aix-en-Provence.
Manifestation reprenant le mouvement des "Slut Walk", pour dénoncer les comportements sexistes et agressions sexuelles, le 06 octobre 2012 à Aix-en-Provence.
Manifestation reprenant le mouvement des "Slut Walk", pour dénoncer les comportements sexistes et agressions sexuelles, le 06 octobre 2012 à Aix-en-Provence. ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Manifestation reprenant le mouvement des "Slut Walk", pour dénoncer les comportements sexistes et agressions sexuelles, le 06 octobre 2012 à Aix-en-Provence. ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Manifestation reprenant le mouvement des "Slut Walk", pour dénoncer les comportements sexistes et agressions sexuelles, le 06 octobre 2012 à Aix-en-Provence. ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Publicité
Résumé

Les initiatives se multiplient sur les réseaux sociaux pour dénoncer les violences sexuelles via des hashtags #BalanceTonPorcet #MoiAussi. Cette parole veut désormais prendre la rue et montrer qu’elle ne se manifeste pas seulement sur les réseaux sociaux : des manifestations sont prévues dimanche.

avec :

Elliott Lepers (activiste numérique, expert en mobilisation, à l’origine de MachoLand avec Caroline de Hass et Clara Gonzales.), Caroline Eliacheff (Pédopsychiatre et psychanalyste).

En savoir plus

Depuis le 5 octobre dernier et les premières révélations sur l'affaire Weinstein, les initiatives se multiplient sur les réseaux sociaux pour dénoncer les violences sexuelles, notamment par le biais des hashtags #BalanceTonPorcet #MoiAussi.

Cette parole veut désormais prendre la rue et montrer qu’elle ne se manifeste pas seulement sur les réseaux sociaux : à l’initiative de la journaliste indépendante Carol Galand et son événement Facebook «#MeToo, dans la vraie vie», un rassemblement aura lieu dimanche à 15 heures sur la place de la République.

Publicité

À lire aussi : Harcèlement sexuel et agressions : la parole se libère via le hashtag "balance ton porc"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Lundi dernier, dans la Revue des deux mondes, la journaliste Valéry Toranian a écrit à propos des récents mouvements de libération de la parole au sujet du harcèlement sexuel : « Balancer son porc sur les réseaux sociaux, c’est l’inverse d’une avancée pour les femmes. C’est risquer de décrédibiliser leur parole en prétextant, à juste titre, que le déferlement d’eau sale anonyme contient aussi son lot de désinformations, manipulations et mensonges ». Mais comment faudrait-il en parler ?

À lire aussi : Violences faites aux femmes, un enjeu de société

S’il peut être intéressant de s’interroger sur la forme de cette parole, il faut également questionner son fond : pourquoi les langues se délient-elles maintenant ? Quelle place ont les réseaux sociaux dans ces débats de société ? Et surtout, quels vont être les effets de l’exposition de tous ces témoignages de victimes de harcèlement sexuel ? Que peut-on espérer de cette libération massive de la parole ?

À réécouter : #Balancetonporc, Weinstein et Cantat : comment entendre cette libération de la parole ?

Pour en parler, les Matins reçoivent Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste, auteure avec Daniel Soulez Larivière de Le Temps des victimes, (Albin Michel, 2007) et Elliot Lepers, activiste numérique, expert en mobilisation, à l’origine de MachoLand avec Caroline de Hass et Clara Gonzales.

À réécouter : #Violencessexistes : et maintenant ?

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Benjamin Hû
Réalisation
Sébastien Petitot
Production déléguée