Membres du parlement israélien, la Knesset, assistant à la session du 18 juillet, pour voter la  loi Etat-nation, qui considère Israël comme la patrie du peuple juif
Membres du parlement israélien, la Knesset, assistant à la session du 18 juillet, pour voter la  loi Etat-nation, qui considère Israël comme la patrie du peuple juif ©AFP - MARC ISRAEL SELLEM
Membres du parlement israélien, la Knesset, assistant à la session du 18 juillet, pour voter la loi Etat-nation, qui considère Israël comme la patrie du peuple juif ©AFP - MARC ISRAEL SELLEM
Membres du parlement israélien, la Knesset, assistant à la session du 18 juillet, pour voter la loi Etat-nation, qui considère Israël comme la patrie du peuple juif ©AFP - MARC ISRAEL SELLEM
Publicité

Jeudi 19 juillet: la Knesset a adopté la loi "Etat-nation juif", qui définit Israël comme l'Etat-nation du peuple juif. Le droit à l'autodétermination, le retrait de l'arabe comme langue officielle, les protestations des arabes israéliens et des druzes: les conséquences de cette loi sont nombreuses.

Avec
  • Denis Charbit professeur de science politique à l'Open University d'Israël

Une loi sans précédent a été adoptée le 19 juillet dernier en Israël. Au sein de la Knesset, le Parlement israélien, les députés ont voté l'adoption de la "loi Etat-nation juif". 

Cette loi définit ainsi Israël comme l’Etat-nation du peuple juif, le foyer du peuple juif, où le peuple applique son droit naturel, culturel religieux, historique. Egalement, le droit à l’autodétermination, c’est-à-dire le droit de choisir leur état et ses modalités, est unique au peuple juif. 

Publicité

La loi proclame Jérusalem comme capitale « complétée et unifiée » d’Israël. L’hébreu est désormais la langue officielle d’Israël. L’arabe, qui avait un statut égalitaire, aura désormais « un statut spécial », non-défini, bien qu’elle soit présente partout dans le pays (panneaux de signalisation, règlements, documents officiels, etc.

La loi explique également qu'il est désormais "de l’intérêt général de l’Etat israélien à s’engager à encourager et à consolider le développement des communautés et localités juives." 

La « loi Etat-nation du peuple juif » est une loi fondamentale, ce qui peut correspondre à une loi constitutionnelle, comme l'Etat d'Israël n’a pas de Constitution. le pays fonctionne donc par le biais de Lois Fondamentales.

Suite à l'adoption de cette loi, de nombreuses manifestations se sont déroulées en Israël, notamment à Tel-Aviv le samedi 4 août, où beaucoup de druzes ont protesté contre cette loi.

Pour discuter  cette loi, son contenu, et expliquer les objections et conséquences de son adoption, Julie Gacon reçoit Denis Charbit, historien du sionisme et Maître de conférences en science politique à l’Open University of Israël. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour écouter la deuxième partie des Matins d'Eté, c'est ici

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Cédric Fuentes
Collaboration
Charles Thibout
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Cosima Mezidi Alem
Collaboration
Marine Beccarelli
Collaboration