les députés la République en marche et Natalia Pouzyreff et Pieyre-Alexandre Anglade le 26 juillet à l'Assemblée nationale ©AFP - JACQUES DEMARTHON
les députés la République en marche et Natalia Pouzyreff et Pieyre-Alexandre Anglade le 26 juillet à l'Assemblée nationale ©AFP - JACQUES DEMARTHON
les députés la République en marche et Natalia Pouzyreff et Pieyre-Alexandre Anglade le 26 juillet à l'Assemblée nationale ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité
Résumé

Le mouvement politique fondé par Emmanuel Macron, à mesure qu’il s’institutionnalise, n’échappe pas aux tensions inhérentes à la politique traditionnelle qu’il entend renouveler.

avec :

François Michel Lambert (Député EELV de la 10è circonscription des Bouches du Rhône, Président de la Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire de l'Assemblée nationale.), Frédéric Sawicki (Professeur de science politique à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Rémi Bouton (Porte-parole du collectif La démocratie En Marche).

En savoir plus

Un an après avoir lancé officiellement son mouvement à Amiens, le 6 avril 2016, Emmanuel Macron est élu président de la République. Avec 174 députés novices sur 314 ou apparentés LREM, plus de 47% de députées et 27 élus de moins de trente ans, la République en Marche semble tenir les promesses de modernisation et de moralisation de la vie publique qui ont séduit les électeurs.

Mais depuis quelques jours, la colère semble gagner les rangs du parti de Macron, et certains des poids lourds politiques qui avaient rallié le mouvement ne cachent plus leur déception. Alors qu’En Marche se réclamait de la démocratie participative, certains militants dénoncent « un manque de démocratie interne » et s’inquiètent d’une possible confiscation du pouvoir de la base militante par la gouvernance du parti.

Publicité

Alors, LREM est-il confronté aujourd’hui aux mêmes difficultés que celles affrontées par les formations politiques qui ont successivement dirigé la France ? Un mouvement peut-il s’affranchir de sa base militante ? Peut-on s’affranchir de cadres possédant une expérience de la vie politique ?

Nous recevons ce matin Frédéric Sawicki, professeur de sciences politiques à Paris 1, ainsi que Rémi Bouton, membre d’un comité parisien d’En Marche et porte-parole du collectif La Démocratie En Marche.

Egalement avec nous en duplex depuis Aix-en-Provence, le député LREM des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert.

7 min
Références

L'équipe

Lucas Menget
Production
Chloé Leblond
Collaboration
Nicolas Berger
Réalisation
Laure Mercier
Collaboration
Léa Mormin-Chauvac
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Collaboration
Marianne Chassort
Collaboration
Oriane Delacroix
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation
Violette Voldoire
Collaboration
Caroline Pomès
Collaboration
Dani Legras
Collaboration