La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal à Paris, le 18 mai 2017
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal à Paris, le 18 mai 2017
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal à Paris, le 18 mai 2017 ©AFP - Irina Kalashnikova / Sputnik
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal à Paris, le 18 mai 2017 ©AFP - Irina Kalashnikova / Sputnik
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal à Paris, le 18 mai 2017 ©AFP - Irina Kalashnikova / Sputnik
Publicité
Résumé

Près de 87 000 bacheliers attendent toujours une place en fac. Lundi, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal a estimé qu’il fallait en finir avec le tirage au sort, source d’un « énorme gâchis ».

avec :

Danielle Tartakowsky (historienne, spécialiste de l'histoire des mouvements sociaux, ancienne présidente de l'université Paris VIII), Tarek Mahraoui (vice-président de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes) en charge des Affaires Académiques), Martin Andler (Professeur à l'Université de Versailles St Quentin, co-responsable du pôle enseignement supérieur et recherche de Terra Nova.).

En savoir plus

Une catastrophe : c’est le mot utilisé par de nombreux acteurs de l’éducation pour évoquer la phase d’admission dans l’enseignement supérieur de ce mois de juin 2017. Quelques jours après les résultats définitifs du bac, près de 86 969 lycéens étaient toujours sans affectation, parfois alors même qu’ils ont obtenu une mention. La plateforme APB (pour Admission Post Bac) est la cible de toutes critiques. Face au tollé, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a convié dès lundi les acteurs de l’éducation à une concertation sur la transition entre le secondaire et l’université. L’exécutif suggère la mise en place de prérequis, c’est-à-dire des compétences exigées ou recommandées à l’entrée en licence, sous la forme d’un « contrat étudiant ».

Alors, les prérequis sont-ils une façon de contourner la sélection à l’entrée à l’université, interdite en France ? Cette sélection est-elle déjà opérée de facto par les établissements surchargés ? Comment améliorer la transition entre l’enseignement secondaire et le supérieur ?

Publicité

Nous recevons ce matin Martin Andler, professeur émérite de mathématiques à l’Université Versailles-Saint Quentin, Danielle Tartakowsky, ancienne Présidente de Paris 8 – Vincennes Saint Denis et auteure de Construire l’université au XXIème siècle. Récits d’une présidence Paris VIII 2012-2016 (éditions du Détour, 2017) et Tarek Mahraoui, vice-président en charge des affaires académiques de la FAGE

Retrouvez ici la première partie de l'entretien

Références

L'équipe

Lucas Menget
Production
Antoine Tricot
Collaboration
Nicolas Berger
Réalisation
Marianne Chassort
Collaboration
Milena Aellig
Réalisation