France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Manifestations, émeutes, affrontements, violences urbaines, scènes de guérilla urbaine… ! Bien des qualificatifs ont été entendus ces derniers jours à propos des réactions violentes des 80 000 à 100 000 Grecs, réactions d’autant plus impressionnantes qu’elles ont eu lieu la nuit, de dimanche à lundi. Ce fut la réponse de la « rue grecque » à l’adoption du plan de rigueur qui réduira de 22% le salaire minimum de la population, parmi d’autres mesures… Alors, manifestations ? Emeutes ? Révoltes ? Prélude à une révolution ? Comment qualifier cette expression spectaculaire d’une partie du peuple ? Jusqu’à quel point est-elle légitime ? Quand est-ce qu’une manifestation devient émeute ? Que dire, en contrepoint, de la qualification de « révoltes » qu’on a beaucoup utilisé pour parler des mouvements dans les pays arabes et dont la cote est remontée après le printemps arabe de l’an dernier ? La révolte est-elle légitime quand l’émeute est illégitime ? Voilà tout le sens de notre invitation à Alain Bertho ce matin, « anthropologue du présent », pour reprendre le titre de votre blog. Vous êtes professeur à l’université Paris 8 et auteur notamment de: Le Temps des émeutes (Bayard, 2009).

Références

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Tanguy Blum
Collaboration
Mélanie Chalandon
Collaboration
Pauline Muyl
Collaboration
Soline Ledésert
Production déléguée
Francesca Fossati
Collaboration