France Culture
France Culture
Publicité

Manifestations, émeutes, affrontements, violences urbaines, scènes de guérilla urbaine… ! Bien des qualificatifs ont été entendus ces derniers jours à propos des réactions violentes des 80 000 à 100 000 Grecs, réactions d’autant plus impressionnantes qu’elles ont eu lieu la nuit, de dimanche à lundi. Ce fut la réponse de la « rue grecque » à l’adoption du plan de rigueur qui réduira de 22% le salaire minimum de la population, parmi d’autres mesures… Alors, manifestations ? Emeutes ? Révoltes ? Prélude à une révolution ? Comment qualifier cette expression spectaculaire d’une partie du peuple ? Jusqu’à quel point est-elle légitime ? Quand est-ce qu’une manifestation devient émeute ? Que dire, en contrepoint, de la qualification de « révoltes » qu’on a beaucoup utilisé pour parler des mouvements dans les pays arabes et dont la cote est remontée après le printemps arabe de l’an dernier ? La révolte est-elle légitime quand l’émeute est illégitime ? Voilà tout le sens de notre invitation à Alain Bertho ce matin, « anthropologue du présent », pour reprendre le titre de votre blog. Vous êtes professeur à l’université Paris 8 et auteur notamment de: Le Temps des émeutes (Bayard, 2009).

L'équipe

Marc Voinchet
Production
Tanguy Blum
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Collaboration
Pauline Muyl
Collaboration
Soline Ledésert
Production déléguée
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Francesca Fossati
Collaboration