Vue d'ensemble lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football 2018
Vue d'ensemble lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football 2018 ©AFP - MLADEN ANTONOV
Vue d'ensemble lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football 2018 ©AFP - MLADEN ANTONOV
Vue d'ensemble lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football 2018 ©AFP - MLADEN ANTONOV
Publicité

Le rachat des droits de diffusion du championnat de France par un groupe espagnol prêt à mettre plus d’un milliard d’euros sur la table l’illustre bien : le football, dont la Coupe du Monde de 2018 s’est ouverte hier en Russie, n’est plus uniquement un sport populaire devenu un spectacle médiatique.

Avec
  • Luc Arrondel économiste, directeur de recherche au CNRS, professeur associé à l'Ecole d'économie de Paris.

Il est bel et bien un secteur économique à part entière. Si les joueurs, les clubs et leurs banquiers accueillent cette transformation avec enthousiasme, les observateurs sont nombreux à critiquer ce tournant du foot-business. Pas simplement au nom de la défense du football amateur, mais parce que comme dans tous les secteurs de l’économie, l’inflation exponentielle des prix sans lien avec la réalité porte un nom, celui de bulle. La bulle de foot peut-elle éclater ?

Répliques
51 min
Le Billet politique
4 min
Le Réveil culturel
26 min
En%20savoir%20plus : Le%20sport%2C%20une%20arme%20politique%20et%20diplomatique%20comme%20les%20autres%20%3F

L'équipe