Jean-Louis Debré devant l'Elysée en janvier 2010
Jean-Louis Debré devant l'Elysée en janvier 2010 ©Reuters - Philippe Wojazer
Jean-Louis Debré devant l'Elysée en janvier 2010 ©Reuters - Philippe Wojazer
Jean-Louis Debré devant l'Elysée en janvier 2010 ©Reuters - Philippe Wojazer
Publicité

Faut-il réformer la Constitution ? Après neuf années passées à la tête du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré sort de son devoir de réserve. Il est notre invité, aux côtés de Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à la Sorbonne.

Avec
  • Dominique Rousseau professeur de droit constitutionnel à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien membre du Conseil Supérieur de la Magistrature de 2002 à 2006.
  • Jean-Louis Debré Ancien président du Conseil constitutionnel

En mars 2007, Jean-Louis Debré était nommé à la tête du Conseil constitutionnel. Neuf ans plus tard, alors qu’il cède sa place à Laurent Fabius, l’institution a bien changé. Le Conseil constitutionnel contrôle désormais les lois aussi bien avant leur promulgation qu’après, il peut être saisi par tous les citoyens et s’impose comme un véritable contre-pouvoir.

Dernièrement, c’est sur les dispositions de l’état d’urgence que le Conseil a été saisi : les assignations à résidence, les perquisitions sont-elles conformes à la Constitution ? Dans l’ensemble, oui, a-t-il répondu. Mais la Constitution est aussi au centre des débats au Sénat, qui examinera à partir de demain le projet de loi de révision constitutionnelle.

Publicité

Devant le besoin de sécurité, devant la défiance à l’égard de la vie politique, devant la volonté de protéger les libertés, chaque fois il semble que nous ayons besoin de nous tourner vers la Constitution.

Alors y a-t-il un réveil constitutionnel, et comment le comprendre ? La constitution nous protège-t-elle aujourd’hui suffisamment ? Et le fonctionnement des institutions est-il la clé de la crise de confiance ?

La deuxième partie est à écouter ici.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe