Une femme porte sur son dos le drapeau de l’Algérie, à Paris, en 2014, lors de la commémoration du Massacre du 17 octobre 1961.
Une femme porte sur son dos le drapeau de l’Algérie, à Paris, en 2014, lors de la commémoration du Massacre du 17 octobre 1961.
Une femme porte sur son dos le drapeau de l’Algérie, à Paris, en 2014, lors de la commémoration du Massacre du 17 octobre 1961. ©AFP - CITIZENSIDE / SAÏD ANAS
Une femme porte sur son dos le drapeau de l’Algérie, à Paris, en 2014, lors de la commémoration du Massacre du 17 octobre 1961. ©AFP - CITIZENSIDE / SAÏD ANAS
Une femme porte sur son dos le drapeau de l’Algérie, à Paris, en 2014, lors de la commémoration du Massacre du 17 octobre 1961. ©AFP - CITIZENSIDE / SAÏD ANAS
Publicité
Résumé

Emmanuel Macron se rendra ce mercredi 06 décembre à Alger. Ce déplacement attendu fait suite à une première visite où, encore candidat à la présidentielle et de passage à Alger pour un déplacement de campagne, il avait qualifié la colonisation française en l’Algérie de « crime contre l’humanité ».

avec :

Séverine Labat (chargée de recherche au CNRS, membre du CADIS (CNRS-EHESS), auteure-réalisatrice de documentaires et d’émissions de radio.), Alexis Jenni (Romancier).

En savoir plus

Emmanuel Macron se rendra ce mercredi 06 décembre à Alger. Ce déplacement attendu fait suite à une première visite où, encore candidat à la présidentielle et de passage à Alger pour un déplacement de campagne, il avait qualifié la colonisation française en l’Algérie de « crime contre l’humanité ». 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La polémique alors déclenchée en France par ces propos illustre le caractère sensible d’un sujet dont la France, dans les prises de position de ses élites comme dans sa mémoire collective, peine encore à s’emparer.  Cinquante-cinq ans après l’indépendance algérienne, près de 7 millions de français -anciens militaires, pieds noirs, immigrés, binationaux- conservent pourtant un lien avec l’Algérie. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Entre les non-dits et les outrances des acteurs vieillissants de ce passé non résolu, il appartient aux nouvelles générations de mettre des mots et des symboles sur lesquels construire l’avenir. France-Algérie : une relation dépassionnée est-elle possible ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Alexis Jenni et Séverine Labat.

21 min
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Sébastien Petitot
Production déléguée
Alexandre Fougeron
Réalisation