Israël-Palestine : à qui profite le regain de violence?

Des manifestants palestiniens lèvent leur drapeau lors de la "marche du retour", à l'est de Gaza
Des manifestants palestiniens lèvent leur drapeau lors de la "marche du retour", à l'est de Gaza ©Getty - Pacific Press
Des manifestants palestiniens lèvent leur drapeau lors de la "marche du retour", à l'est de Gaza ©Getty - Pacific Press
Des manifestants palestiniens lèvent leur drapeau lors de la "marche du retour", à l'est de Gaza ©Getty - Pacific Press
Publicité

La mort de 18 palestiniens – dont 10 étaient apparemment membres du Hamas – à la suite de la répression israélienne d’une manifestation d’habitants de Gaza le vendredi 30 mars constitue l’épisode le plus sanglant du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de l’été 2014.

Avec
  • Leïla Seurat Chercheuse associée au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions pénales (CESDIP) et à l’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans (OMAM)
  • Alain Dieckhoff Directeur du CERI-Sciences Po, directeur de recherche au CNRS

Conçu pour durer plusieurs semaines, le mouvement de protestation palestinien qui se voulait cette fois-ci non-violent et éminemment politique, s’est heurté d’entrée à une réponse purement militaire de la part des autorités israéliennes. 

Au-delà des tragédies humaines, ces événements s’inscrivent dans un triple contexte palestinien, israélien et moyen-oriental qu’il convient d’analyser pour tenter de comprendre ce qui va se jouer d’ici au 15 mai, date du 70e anniversaire de la création de l’Etat Hébreux et jour choisi par Donald Trump pour déplacer officiellement l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.  Israël-Palestine : à qui profite le regain de violence?

Publicité
L'Invité des Matins (2ème partie)
25 min

L'équipe