Le climatologue Jean Jouzel.
Le climatologue Jean Jouzel.
Le climatologue Jean Jouzel. ©AFP - Ludovic Marin
Le climatologue Jean Jouzel. ©AFP - Ludovic Marin
Le climatologue Jean Jouzel. ©AFP - Ludovic Marin
Publicité
Résumé

Alors que la Convention citoyenne pour le climat tient sa dernière session de travail afin de produire un avis sur les réponses apportées par le Gouvernement à ses propositions, le climatologue Jean Jouzel, membre de l’Académie des sciences et du Comité de gouvernance de la convention citoyenne.

avec :

Jean Jouzel (Climatologue, ancien vice-président du GIEC).

En savoir plus

La Convention citoyenne sur le climat tient ce week-end sa dernière séance : ses membres sont réunis depuis hier et jusqu'à demain. Les citoyens vont produire un avis sur les réponses apportées par le gouvernement aux propositions qu'ils avait remises fin juin. Le projet de loi "Climat et résilience", qui est la principale voie de traduction de ces propositions, avec le Plan de relance, le budget, et divers décrets et règlements. Ce projet de loi a déjà fait l'objet cette semaine d'un avis très critique du Haut conseil pour le climat. Avant lui, le Conseil économique, social et environnemental avait déjà, en janvier, estimé que les mesures étaient en général pertinentes, mais souvent limitées, souvent différées. La suite s'écrira au Parlement, où le texte arrivera fin mars.

Notre invité Jean Jouzel _est c_limatologue, ancien vice-président du GIEC, membre de l'Académie des sciences, conseiller au Conseil économique, social et environnemental et membre du Comité de gouvernance de la Convention citoyenne. 

Publicité

Toutes les mesures proposées dans les recommandations des citoyens vont dans le bon sens, en termes de réduction des gaz à effet de serre. C'est un choix de notre gouvernement de n'en prendre qu'une partie. Certaines mesures sont dans d'autres lois, et n'ont pas de raison de s'intégrer dans la loi actuelle, certes. Mais globalement, les mesures restent édulcorées. On sait que la France devrait multiplier par trois la stratégie nationale bas-carbone pour respecter ses objectifs. Les citoyens ne sont pas des révolutionnaires. Ce qu'on leur demande, c'est : "Que doit-on faire pour que la loi soit respectée, pour que les objectifs inscrits dans la loi soient respectés ?' 

Si la crédibilité des scientifiques avait été considérée il y a trente ans, nous n'en serions pas là. Parce que nous sommes aujourd'hui au point que nous envisagions il y a trente ans, en termes de rythme, de réchauffement climatique, de l'accélération de l'élévation du niveau de la mer, des évènements extrêmes, dont on perçoit qu'ils deviennent de plus en plus fréquents ou intenses. Cela nous invite à accorder de la crédibilité à la parole des scientifiques. Si rien n'est fait de sérieux pour lutter contre le réchauffement climatique, si les engagements de l'Accord de Paris ne sont pas respectés, nous allons vers un monde auquel il sera très difficile de s'adapter.  

Les enjeux de société sont au coeur de notre problématique. Si on regarde les Gilets Jaunes, par exemple, le mouvement est né de la taxe carbone, c'est à dire d'une mesure liée au réchauffement climatique. Et on sait que cette taxe aurait affecté, en termes relatifs, trois fois plus les bas revenus que les hauts revenus. Le premier risque du réchauffement climatique, c'est l'augmentation des inégalités. 

Pour aller plus loin : 

Le Choix musical de Jean Jouzel

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Jean-Christophe Brianchon
Production déléguée
Roxane Poulain
Collaboration