Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat.
Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat. ©AFP - Ludovic Marin.
Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat. ©AFP - Ludovic Marin.
Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat. ©AFP - Ludovic Marin.
Publicité

Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat, directeur d'études à l’Inserm, membre du conseil scientifique et qui doit prendre la direction d'une nouvelle agence pour le suivi des maladies émergentes et infectieuses le 2 janvier prochain. 

Avec

L'Agence Santé publique France a indiqué hier soir que le seuil des 60 000 morts du Covid-19 dans notre pays avait été dépassé. Si regarder au jour le jour les chiffres des contaminations des hospitalisations n'est pas forcément pertinent, on sait que la tendance n'est pas bonne et que nous sommes face à une "évolution préoccupante", d'après Santé publique France. Alors que les Fêtes approchent, le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Bichat, membre du Conseil scientifique, chargé de coordonner la lutte contre les épidémies au sein du consortium Reacting de l'Inserm, et qui va diriger, en janvier prochain, une nouvelle agence de recherche sur les maladies infectieuses.

Il n'y a pas de données scientifiques extrêmement détaillées là-dessus, mais on a l'impression que lorsqu'il fait froid et humide, le virus se développe plus. D'autre part, les muqueuses sont plus sèches et laissent plus passer le virus. Et enfin, lorsqu'il fait froid, nous sommes plus à l'intérieur. Les gens ont besoin de se voir lors des Fêtes, c'est humain. On peut se voir, mais en faisant attention : en aérant, en ouvrant les fenêtres, en portant le masque et en gardant ses distances. (...) Il va y avoir une augmentation du nombre de cas, mais il faut qu'elle soit la plus faible possible

Publicité

Yazdan Yazdanpanah va prendre la tête en janvier prochain d'une nouvelle agence de recherche sur les maladies infectueuses et émergences, qui regroupera le consortium Reacting de l'Inserm et l'ANRS, l'Agence de recherches sur le sida et les hépatites virales. 

Il faut se préparer aux épidémies, il faut les anticiper. La recherche fait partie des armes que l'on a pour essayer de lutter contre les épidémies. Nous devons empêcher l'arrivée de ces épidémies et essayer, losqu'elles arrivent, de mieux réagir. Pour cela, il faut une agence de recherche qui anime, qui coordonne et qui finance. 

Cette agence doit, d'après Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, "favoriser une approche pluri-disciplinaire avec des projets de temps long sans obligation de résultat immédiat". 

Cette pluri-disciplinarité signifie qu'il faut à la fois de la recherche fondamentale, de la recherche clinique, de la recherche en sciences sociales et de la recherche en santé publique. Par ailleurs, on peut aussi avoir, dans les maladies émergentes, des passages de barrières d'espèces, c'est à dire la transmission d'un virus ou d'une bactérie de l'animal à l'homme, donc il faut aussi élargir la recherche vers l'environnement, vers le domaine vétérinaire, ce que l'on appelle : "one health", une seule santé. 

Pour aller plus loin : 

Le choix musical de Yazdan Yazdanpanah :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production
Roxane Poulain
Collaboration
Véronique Samouiloff
Réalisation
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée