Le parfumeur, ancien "nez d'Hermès", Jean-Claude Ellena.
Le parfumeur, ancien "nez d'Hermès", Jean-Claude Ellena.
Le parfumeur, ancien "nez d'Hermès", Jean-Claude Ellena.  ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Le parfumeur, ancien "nez d'Hermès", Jean-Claude Ellena. ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Le parfumeur, ancien "nez d'Hermès", Jean-Claude Ellena. ©AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Publicité
Résumé

Le parfumeur, ancien "nez" d'Hermès, Jean-Claude Ellena,fait paraître un "Atlas de botanique parfumée" (Arthaud).

avec :

Jean-Claude Ellena (Nez et parfumeur).

En savoir plus

Compositeur ou écrivain, artiste ou artisan, géographe ou historien, poète, aventurier, laborantin ou magiciens. Qu'est ce donc qu'un parfumeur ? Un peu tout, finalement, du moins, c'est ce que l'on se dit en refermant L'Atlas de botanique parfumé publié aux Éditions Arthaud, et dont Jean-Claude Elléna est l'auteur.

Parfumeur dans différentes maisons, nez d'Hermès durant quatorze ans depuis 2019 et directeur de création olfactive de la maison de parfum Le Couvent des Minimes, Jean-Claude Ellena est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment Journal d'un parfumeur chez Sabine Wespieser et, tout récemment, de cet atlas illustré par Karin Doering-Froger. Cet ouvrage parle de bois, de feuilles, de fleurs, de fruits. Il nous fait voyager dans le monde, dans le temps, il raconte des histoires, mais aussi les histoires, les souvenirs, les anecdotes de Jean-Claude Ellena. 

Publicité

Il y a tout ce travail journalier de poser des mots sur les odeurs, pour refléter l'émotion qu'elles procurent. Petit à petit, l'odeur devient un concept : elle n'est plus le bois de santal ou le bois de cèdre. Elle devient un concept, avec lequel je vais pouvoir travailler. Si j'utilise du cèdre, je vais avoir une odeur nerveuse, verticale dans mon parfum. Si je mets du santal, l'odeur sera lascive, indolente. Si je veux du volume, ou de la richesse, je vais utiliser telle ou telle matière. Si je veux de la fraîcheur, je vais en utiliser une autre. C'est à dire que je dépasse le nom de l'odeur pour qu'elle devienne autre chose, qu'elle devienne parfum.  

On est dans un monde aujourd'hui où tout est sucré : les parfums sont sucrés, on met du sucre partout. Pour moi, c'est une odeur ennuyante. Alors que l'amer a quelque chose de mystérieux, de troublant, de dérangeant. On se dit : "C'est quoi ?". Alors qu'avec le sucre, on ne se pose pas la question : c'est. D'où ce jeu entre l'amertume et le sucré, qui fait que je rejette le sucré, la facilité, et que je vais vers l'amer, qui est ce que j'appelle une odeur intelligente. Cela peut être amusant de penser que des odeurs intelligentes :  il y a des odeurs qui sont stupides. Le sucre est stupide. L'amer, elle, est intelligente.

Le problème pour un parfumeur, c'est que le Covid attaque les cellules olfactives. Ce n'est pas avec le nez que l'on créé, c'est avec la tête. Mais le nez contrôle. Donc perdre cet appareil de contrôle, c'est la peur du parfumeur. Et cette perte d'odeur, c'est aussi la perte de l'autre : "tu es là mais tu n'es pas là olfactivement". L'odeur fait partie de notre vie, de notre quotidien, sans que l'on n'en perçoive l'importance. Mais elle est là, elle nous prévient si quelque chose ne va pas, si un enfant est malade, elle nous prévient énormément de choses, alors qu'on n'en parle très peu. 

Pour aller plus loin : 

Le choix musical de Jean-Claude Ellena :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Roxane Poulain
Collaboration
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée