Margaret Harrison
Margaret Harrison
Margaret Harrison - Fred Dott
Margaret Harrison - Fred Dott
Margaret Harrison - Fred Dott
Publicité
Résumé

Olivia Gesbert reçoit Margaret Harrison, artiste britannique, pour son exposition "Danser sur les missiles" au FRAC de Metz.

avec :

Margaret Harrison (Artiste britannique).

En savoir plus

Entre féminisme et socialisme, Margareth Harrisson réfléchit depuis les années 1970 à l’intersectionnalité entre conflit de classe et études de genre dans l’Art : Stéréotypes, travail des femmes, violence conjugales, droit des minorités. L’exposition « Magareth Harrison : Danser sur les missiles » la met à l’honneur au FRAC Loraine de Metz. 

Ma fille s’appelle Rosa (comme Rosa Luxemburg) et l’idée c’était qu’elle continue cette intention d’amener l’égalité pour les femmes

Publicité

Ce que je fais c’est de regarder en arrière quelles ont été les influences, quelles femmes artistes ont existées, qu’est-ce qu’elles ont réussi, mais je crois qu’il faut être pleinement dans son époque et je dirai que ma production, aujourd’hui, serait différente de ce qu’elle fut dans les années 1970

Je pense que mon travail, plus récemment, a été concerné par la situation au Moyen-Orient avec une comparaison avec les bombes qui sont tombées sur Guernica 

Cet événement (les manifestations de femmes sur le camp de Greenham en Angleterre) a été très important pour moi, il a été retiré à cette communauté de la terre collective, elle a été louée aux Américains pour y placer des missiles nucléaires (…) si jamais il y avait eu une guerre la contamination aurait été affreuse.

Je ne crois pas que j’ai un style particulier, en Grande Bretagne, il y a plusieurs artistes masculins qui ont produit le même type d’œuvre (…) Moi ce que j’aime, c’est de m’intéresser aux différentes questions épineuses et à partir de là, la forme née, c’est le contenu qui va déterminer la forme plutôt que d’avoir une forme stable

Mon travail s’interroge sur comment parler de la violence différemment, de manière moins directe plutôt que de plonger les mains directement dans le sang, donc je ne parle pas de choses sanguinolentes

En savoir plus : L'infernal paradis de Margareth Thatcher

Références

L'équipe

Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Olivia Gesbert
Production
Jeanne Guérout
Collaboration
Charles Thibout
Production déléguée
Benjamin Hû
Réalisation
Hugo Plassais
Collaboration
Jean-Christophe Brianchon
Production déléguée
Henri Le Blanc
Collaboration
Sophie Cachera
Collaboration
Lise Côme
Réalisation