L'écrivain Régis Jauffret.
L'écrivain Régis Jauffret.
L'écrivain Régis Jauffret.  ©AFP - Joël Saget
L'écrivain Régis Jauffret. ©AFP - Joël Saget
L'écrivain Régis Jauffret. ©AFP - Joël Saget
Publicité
Résumé

A l'occasion du week-end spécial de France Culture consacré à Gustave Flaubert, dont l'année 2021 marque le bicentenaire de la naissance, l'écrivain Régis Jauffret qui fait paraître Le dernier bain de Gustave Flaubert aux éditions du Seuil.

avec :

Régis Jauffret (écrivain).

En savoir plus

Le dernier bain de Gustave Flaubert, dernier roman de l'écrivain Régis Jauffret qui paraît aux éditions du Seuil, est un roman biographie que l'on peut aussi lire comme une réflexion sur l'écriture, le style, le réel, le temps : Flaubert va mourir et revoit sa vie depuis sa naissance, sa vie et son oeuvre. Dans le cadre du week-end spécial de France culture consacré à Gustave Flaubert, Régis Jauffret est notre invité.

A l'âge de 18 ans, on m'a offert le premier tome de la correspondance de Flaubert qui venait de sortir dans la Pléiade. Ça a été un grand choc pour moi : c'était la première fois que j'entrais dans l'intimité d'un auteur en ce qui concerne l'écriture elle-même. Car le premier tome, c'est le début de sa vie. Il y a tout cet apprentissage de l'écriture, tout ce changement chez lui quant à la façon d'écrire, parce qu'il y a eu des révolutions chez lui et cette révolution, justement, a donné Madame Bovary, qui allait à contre-courant de son tempérament. Donc mon grand choc avec Flaubert, s'est produit à l'âge de 18 ans et il m'a hanté toute ma vie. 

Publicité

Je pense qu'un individu, c'est une sorte d'abîme, que lui-même ne peut pas connaître. Le monde extérieur se fait une image de lui et lui-même se fait une image de lui-même. Mais c'est un infini et c'est dans cet infini-là que j'ai essayé de me glisser. (...) Ma lutte, quand j'écris des livres qui ont un rapport avec le réel, c'est de rester dans le réel. Quelquefois, je me laisse emporter pour essayer d'en donner, non pas l'essence, mais une essence particulière, qui m'est très personnelle. Et je pense que ce livre est teinté par une réflexion sur la littérature et surtout sur la mort, qui fut la triste compagne de Flaubert tout au long de sa vie. 

Nous sommes obsédés par Madame Bovary lorsque nous parlons de Gustave Flaubert. C'est un phénomène qui s'est produit de son vivant et qui l'a exaspéré jusqu'à la fin de sa vie. Il disait : "On dirait que je n'ai écrit que ça !".  Et ça l'embêtait, d'autant plus qu'il n'aimait pas Madame Bovary. Il n'aimait ni le personnage de Madame Bovary, ni son histoire. Il aimait le roman, pour des raisons esthétiques, ce qui est différent, mais le personnage lui déplaisait car Madame Bovary représente à peu près tout ce qu'il ce qu'il déteste. C'est une femme qui n'accepte pas sa condition, une femme méprisable d'une certaine façon, parce qu'elle essaie de se hisser hors de cette condition qui lui a été imposée.

Pour aller plus loin : 

Le choix musical de Régis Jauffret : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Stéphanie Villeneuve
Production déléguée