.
. - Roubaix – La Piscine @Alain Leprince
. - Roubaix – La Piscine @Alain Leprince
. - Roubaix – La Piscine @Alain Leprince
Publicité

La vision utopiste du romantique et socialiste William Morris d'une création libre et d'un beau à la portée de tous est toujours inspirante.

Avec
  • Pierre Marie Dessinateur d'objets, galeriste
  • Sylvette Botella-Gaudichon commissaire de l’exposition William Morris (1834-1896) : l'art dans tout, responsable des collections et des expositions à La Piscine Roubaix

Faire de beaux objets pour tous, voilà une des passions, une des missions, de William Morris, étonnant personnage issu d’une famille bourgeoise, artiste total du XIXe siècle qui toucha à la poésie, à la traduction comme au dessin sur tissus, et qui passa d’une critique romantique de la modernité à l’engagement socialiste.

Son rejet du monde industriel se traduit par une pratique artistique reflétant une utopie. Une utopie d’un monde de créateurs libres, fabriquant et jouissant d’objets où le beau et l’utile se marient. Une utopie qui emprunte dans un geste typiquement romantique à un passé fantasmé et à l’ère médiévale, tout en cherchant à transformer les modes de production, dans un style révolutionnaire proclamant la supériorité du travailleur créatif sur l’ouvrier aliéné.

Publicité

En résultent des papiers peints, des chaises et des armoires qui ne sont une contradiction qu’en apparence ; autant de réalisations matérielles comme résistance au matérialisme d’une société industrielle en plein essor.

La vision de Morris peut encore nous aider à interroger nos modes de production contemporains et nos pratiques de consommation.

Des objets pour la sobriété

William Morris est étonnement peu connu en France. Pourquoi ? "En Angleterre, il y a beaucoup d'écrits sur Morris, plutôt sur son aspect politique. En France on considère qu'un penseur qui fait du papier-peint est suspect", souligne Sylvette Botella-Gaudichon. Cette dernière défend l'intérêt de son oeuvre. Notamment pour notre époque :"Il ne crée que des objets et ne travaille qu'avec des artisans dans une optique de sobriété. Il ne faut pas produire plus que ce dont on a besoin. Il ne faut pas que l'industrie écrase l'être humain. L'artisan travaille avec l'artiste et pas pour l'artiste."

L'équipe