France Culture
France Culture
Publicité

Comme pour le théâtre, Matali Crasset fréquente les salles de cinéma près de chez elle (Quai de Seine/ Quai de Loire).

Elle aime voir des films qui sont en résonnance avec notre société.

Publicité

Ses derniers coups de coeur : Les invisibles de Sébastien Lifshitz (2012)

Dans la même veine elle vient de lire Les gens dans l'enveloppe d'**Isabelle Monin, ** objet hybride mis en musique par Alex Beaupain...

Les réalisateurs qui la bousculent par leur univers visuel deviennent assez rares.

Matali Crasset, est designer industriel de formation,

À l’image d’un de ses objets emblématiques, La colonne d’hospitalité, quand Jim monte à Paris , elle met en place une méthodologie propre dans laquelle elle questionne l’évidence des codes qui régissent notre vie quotidienne pour mieux s’en affranchir et expérimenter. Elle développe ainsi des nouvelles typologies articulées autour de principes tels que la modularité, l’appropriation, la flexibilité, le réseau. Son travail, qui s’est imposé à partir des années 90 comme le refus de la forme pure, se conçoit comme une recherche en mouvement, faite d’hypothèses plus que de principes. Elle collabore avec des univers éclectiques, de l’artisanat à la musique électronique, de l’industrie textile au commerce équitable. Ses réalisations l’ont ainsi amenée sur des terrains qu’elle ne soupçonnait pas, de la scénographie au mobilier, du graphisme à l’architecture intérieure.

Matali Crasset a passé son enfance dans un petit village du nord de la France, dans une ferme où le travail et la vie étaient intimement liés.

Ses projets actuels la mènent aussi bien en Suisse qu’au Zimbabwe ou encore à Hong-Kong ou au Mexique...