31 octobre 2020 à Paris
31 octobre 2020 à Paris ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
31 octobre 2020 à Paris ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
31 octobre 2020 à Paris ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
Publicité

Cette année, nous fêtons les 40 ans de la loi Lang instaurant le prix unique du livre.

Avec
  • Samuel Chauveau créateur de la librairie “ Bulle !” au Mans
  • Denis Mollat Directeur de la Librairie Mollat à Bordeaux

« Le livre n’est pas un produit comme les autres », tel est le socle de la loi Lang dont nous fêtons les 40 ans cette année, fruit d'un long combat porté dès la deuxième moitié des années 1970 par Jérôme Lindon, directeur des éditions de Minuit, alors que la Fnac proposait d’importants rabais. 

Si aujourd’hui la loi Lang est considérée comme un bien précieux, elle n’a pas été évidente dans son application.  Parmi les défenseurs de cette loi, Samuel Chauveau et Denis Mollat se souviennent des procès et du jeu politique qui l'ont entourée. Ils nous racontent dans les Matins d’été. 

Publicité

Samuel Chauveau : créateur de la librairie “ Bulle !” au Mans.

Denis Mollat : libraire à Bordeaux.

Nous sommes libraires de la loi Lang. Pendant 10 ans, nous avons vécu avec une loi adoptée et malgré tout des discounts existaient, notamment dans le domaine de la BD. La plupart des éditeurs étaient belges et on considérait qu’ils ne pouvaient pas profiter de la loi Lang. Samuel Chauveau

Ça a été une période de transition. Petit à petit, tout le monde du livre a bien compris que la création et le fond éditorial en France étaient liés à ça. Il y a eu des aménagements avec les grandes bibliothèques et bientôt peut-être avec le projet de loi de la sénatrice Laure Darcos, un tarif forfaitaire minimum de frais de port. Denis Mollat

Cette dernière mesure, qui n'est pas encore votée, pourrait rétablir la balance dans la concurrence entre libraires et services de vente en ligne. 

Les librairies après la fermeture

Malgré un premier confinement qui marqua leur fermeture, 2020 a été une bonne année pour les librairies à leur ouverture. 

Depuis la pandémie, bon nombre de lecteurs se sont aperçus qu’une librairie existait  près de chez eux et qu'on pouvait se battre sur autre chose que le prix. Nous avons pas loin de 35 000 références, en tant qu’indépendants, nous pouvons jouer un petit rôle. Samuel Chauveau

Il faut comparer deux années à la fois, on a eu des périodes de confinements sans activité mais on se rend compte que par rapport à 2019, on est à plus 15%. Le plus fort va du côté de la BD et des mangas. Denis Mollat

Une reprise aidée par le lancement du "passe culture", soit 300€ offerts aux jeunes de 18 ans, réservés aux biens culturels.

Tous les jeunes qui ont 18 ans se voient remettre une somme de 300€ via une application. Ils peuvent les dépenser pour toute l'offre culturelle mais l'explosion vient du livre; 80% des dépenses sont consacrées aux livres et notamment à l’achat de mangas, à tel point qu’on l’a appelé le « passe manga ». Samuel Chauveau

Je confirme, les jeunes poussent la porte des librairies pour les manga mais aussi les livres de poche. Denis Mollat

Les conseils lectures des invités

Les conseils de lectures de Samuel Chauveau :

Balade pour Sophie de Filipe Melo et Juan Cavia paru aux éditions Paquet.

Contrapaso de Tereso Valero chez Dupuis.

Les conseils de lectures de Denis Mollat :

Yves Ravey, Adultère, Minuit

George Orwell, Pléiade

Joy Sorman, A la folie, Flammarion

Olivier Truc, Les chiens de Pasvik, Métailié

L'équipe

Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Manon Prissé
Collaboration
Juliette Devaux
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Félicie Faugère
Réalisation
Stéphanie Villeneuve
Collaboration