Soixante ans après leur tout premier concert, les Rolling Stones, avec une formation qui a beaucoup changé, se tiennent encore sur scène pour une tournée.
Soixante ans après leur tout premier concert, les Rolling Stones, avec une formation qui a beaucoup changé, se tiennent encore sur scène pour une tournée. ©AFP - Hans Klaus Techt
Soixante ans après leur tout premier concert, les Rolling Stones, avec une formation qui a beaucoup changé, se tiennent encore sur scène pour une tournée. ©AFP - Hans Klaus Techt
Soixante ans après leur tout premier concert, les Rolling Stones, avec une formation qui a beaucoup changé, se tiennent encore sur scène pour une tournée. ©AFP - Hans Klaus Techt
Publicité

Les Rolling Stones fêtent leurs soixante ans cette année. Deux membres du groupe originel, Mick Jagger et Keith Richards, tiennent toujours debout et sont en ce moment même en tournée à travers l’Europe.

Avec
  • Philippe Thieyre Ecrivain, critique musical

Issus d’une génération rebelle, nés d’un mélange de blues et de guitare électrique, les Rolling Stones sont aujourd’hui les superstars de concerts scénographiés et familiaux. Comment le rock et et la génération qui l’a porté ont-ils vieilli ?

Mick Jagger et Keith Richards, bêtes de scène

Mick Jagger et Keith Richards ont presque quatre-vingts ans. Jusqu'où joueront-ils ? Leur but est-il de jouer jusqu'au bout, de mourir en jouant, comme les bluesmen américains ?

Publicité

Philippe Thieyre, journaliste à Rock and Folk, répond : "Je pense qu’ils joueront jusqu’au bout. C’est vraiment pour le plaisir d’être sur scène. Ils ont commencé à dix-sept/dix-huit ans et ils ne peuvent pas s’en passer. Ce qui est intéressant dans les Rolling Stones c’est que toutes les générations les aiment. Ils représentent le rock. Quand on va voir un concert des Stones, même si on ne va pas acheter le dernier disque, on sait que sur scène, ça sera du blues-rock."

Le style puissant des Rolling Stones

L'événement fondateur pour cette génération de bluesmen anglais, explique Philippe Thieyre, "c’est le concert de Muddy Waters en 1958 à Londres, parce que jusque-là, ils voyaient des bluesmen qui jouaient acoustique, le blues rural, le country blues. Là, Muddy Waters arrive avec un orchestre électrique, il va faire un blues électrique, proche du hard-rock finalement, très puissant. Et ça va allumer quelque chose dans toute une génération de bluesmen, entre autres Mick Jagger, Keith Richards, Dick Taylor qui sont les fondateurs des Rolling Stones".

Quant à l'éternelle opposition avec les Beatles, Philippe Thieyre la nuance : "Les Rolling Stones adoptent très vite un style à la Chuck Berry –  rude, rapide – à la Muddy Waters aussi, donc un style très puissant. Mais pourtant un de leurs premiers tubes, I Wanna Be Your Man, est écrit par les Beatles, il n’y avait donc pas d’antagonisme au départ. Sauf que leur deuxième manager se dit : si on fait dans le style Beatles, ça va pas marcher. Donc on fait l’inverse : pas de costumes-cravate, les Rolling Stones seront plutôt des bad boys, avec une attitude sur scène plus dure, plus hautaine. D'autre part, les chansons de Mick Jagger et Keith Richards sont imprégnées de l’air du temps. Et l’air du temps, c’était l’underground, la contre-culture, Mai 68, etc."

Pour en parler

Philippe Thieyre, journaliste à Rock and Folk et auteur de nombreux ouvrages sur le rock et le psychédélisme dont Le Rock psychédélique en 150 figures (éditions du Layeur, 2022) et Blues en 150 figures (éditions du Layeur, 2018).

L'équipe

Nicolas Herbeaux
Production
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Jean Leymarie
Jean Leymarie
Jean Leymarie
Production
Tom Umbdenstock
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Léa Sabourin
Production déléguée
Audrey Dugast
Collaboration
Sarah Masson
Production déléguée
Manon de La Selle
Collaboration
Max Schneider
Collaboration
Alexandre Choquet
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Anne-Claire Bazin
Production déléguée
Élodie Piel
Collaboration
Anna Pheulpin
Collaboration