A l’occasion des 50 ans des premiers pas de l’homme sur la Lune

Sur cette image obtenue de la NASA, Buzz Aldrin, pilote du module lunaire, a été photographié par le commandant de mission, Neil Armstrong, au cours de l'activité extravéhiculaire d'Apollo 11 sur la Lune.
Sur cette image obtenue de la NASA, Buzz Aldrin, pilote du module lunaire, a été photographié par le commandant de mission, Neil Armstrong, au cours de l'activité extravéhiculaire d'Apollo 11 sur la Lune. ©AFP - "AFP PHOTO / NASA / NEIL ARMSTRONG
Sur cette image obtenue de la NASA, Buzz Aldrin, pilote du module lunaire, a été photographié par le commandant de mission, Neil Armstrong, au cours de l'activité extravéhiculaire d'Apollo 11 sur la Lune. ©AFP - "AFP PHOTO / NASA / NEIL ARMSTRONG
Sur cette image obtenue de la NASA, Buzz Aldrin, pilote du module lunaire, a été photographié par le commandant de mission, Neil Armstrong, au cours de l'activité extravéhiculaire d'Apollo 11 sur la Lune. ©AFP - "AFP PHOTO / NASA / NEIL ARMSTRONG
Publicité

Le 16 juillet 1969, Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins décollent depuis la Floride dans le cadre de la mission Apollo 11. Benoît Bouscarel reçoit Xavier Pasco et Philippe Henarejos pour les 50 ans des premiers de l'Homme sur la Lune.

Avec
  • Philippe Henarejos Rédacteur en chef du magazine "Ciel et Espace"
  • Xavier Pasco Directeur de la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste de l’espace

50 ans après la réussite de la mission Apollo 11 l’occasion était trop belle et nous consacrons, aujourd’hui, les Matins d’Été à l’espace à la lune. Est ce que l'espace extra-atmosphérique est devenu un espace géopolitique, un espace stratégique et de souveraineté.

L’Europe a beaucoup misé sur Galiléo (le système de géolocalisation européen). Xavier Pasco

Publicité

Il y a une résurgence de volontés nationales, américaine et chinoise entre autres et l’Europe doit elle-même, construire sa volonté multinationale que ce soit pour les satellites ou l’exploration

On a besoin d’une vision politique, d’un débat public sur ces questions-là

L’espace s’est rapproché du monde de l’information et l’information aujourd’hui c’est le pouvoir

La Chine n’est pas dans une logique d’affirmation de puissance, elle est dans une logique d’identité de Grande puissance

L’utilisation de l’espace est d’abord née de volontés de l’utiliser à des fins militaires

L’espace est un vecteur de souveraineté

Le traité (le traité de l’espace de 1967) était assez sibyllin, il stipulait la non appropriation des corps célestes mais pas de leurs ressources : il y a un vide juridique qui tente d’être exploité, aujourd’hui, notamment par les Etats Unis. Philippe Henarejos

Il y a une « guerre froide », parce que ce n’est pas à coup de canons, qui se joue pour avoir une suprématie et un contrôle de l’accès à l’espace, de l’espace et de l’utilisation de l’espace à des fins stratégique et militaires.

Archives sonores :

Jeff Bezos a présenté son projet d’engin lunaire « Blue Moon » (TV5 Monde, 11 mai 2019)

Emmanuel Macron a annoncé la création d'un commandement dédié à l'espace, à l'occasion de la réception au ministère des armées, à la veille de la parade militaire du 14 juillet (Euronews, 13 juillet 2019)

Affaires étrangères
58 min
La Recherche montre en main
4 min

L'équipe