Intervention pendant un feu de forêt à Belin-Beliet (Gironde), le 10 août 2022. ©AFP - Philippe Lopez
Intervention pendant un feu de forêt à Belin-Beliet (Gironde), le 10 août 2022. ©AFP - Philippe Lopez
Intervention pendant un feu de forêt à Belin-Beliet (Gironde), le 10 août 2022. ©AFP - Philippe Lopez
Publicité
Résumé

Au-delà de la réparation des dégats, quelle politique d'adaptation de long terme face à la multiplication des catastrophes climatiques ?

avec :

Ronan Dantec (sénateur Europe Écologie Les Verts de Loire-Atlantique et l'un des acteurs des négociations sur le climat).

En savoir plus

Avec Ronan Dantec, sénateur écologiste et président du comité d’orientation sur le Plan national d'adaptation au changement climatique et Isabelle Ruin, géographe chargée de recherche CNRS à l'Institut des Géosciences de l'Environnement.

Se projeter dans l'adaptation au réchauffement climatique

Le sénateur Ronan Dantec insiste sur l’importance de fixer ce cadre de projection pour l’action nationale pour l’adaptation, et notamment au niveau des projections climatiques : "Il faut que l’État dise maintenant clairement à quoi doit-on s’adapter. Quand je dis +4 degrés en 2050, je pense que c’est le cadre sur lequel l’État doit s’engager pour que tout le monde ait en tête vers quoi on va. […] Ça correspond globalement à la déclinaison des engagements de Glasgow sur les réductions d’émissions qui amèneront la France entre trois, cinq et quatre degrés vers 2050."

Publicité

Et pour y faire face, le territoire reste l’échelon essentiel "Dans ce programme d’action, la question territoriale va être centrale. Il faut savoir que nous avons, à l’échelle de toutes les intercommunalités françaises, un document extrêmement important qui est le plan climat-air-énergie territorial (PCAET). Et dans ce plan climat, il y a une obligation de diagnostic de vulnérabilité des territoires. Je crois que toute la prochaine génération de plan climat devra vraiment être très précise sur qu’est-ce que mon territoire risque par rapport au changement climatique et qu’est-ce qu’on doit engager en termes d’adaptation ?"

Articulation entre échelle individuelle et collective

Isabelle Ruin,  évoque la nécessité d’un changement cognitif dans nos comportements individuels. Avec le changement climatique "On a besoin de changer assez drastiquement nos façons de vivre, nos modes de vie au quotidien. Et ça demande un effort cognitif qui est assez important. On a beaucoup de résistance à faire ces changements-là. Et du coup, il faut instaurer de nouvelles habitudes, de nouvelles pratiques qui soient plus vertueuses en matière d'environnement et même en termes d'adaptation. C'est-à-dire qu’il faut être en capacité aussi d'observer notre environnement, d'observer les changements qui s'y produisent, quoiqu'il soit long ou moins long. Et du coup de voir quelles solutions on peut mettre en œuvre pour s'adapter à ces changements."

Et ce en articulant l'effort individuel et collectif “C'est vraiment une articulation entre ces échelles individuelles et ces échelles collectives qu'il faut trouver. Et il y a une question acceptation aussi qu'on voit bien avec cette problématique de l'eau. C'est-à-dire que des mesures qui vont être mises à l'échelle, qui vont être décidée à l'échelle, on va dire national, voire même international, peuvent être plus ou moins acceptées.”

Car la conscience du besoin d’adaptation au changement climatique s’accroit avec les phénomènes extrêmes, selon Ronan Dantec "Je crois qu’on a vraiment un changement d’attitude des décideurs, des élus, des responsables économiques sur le fait que l’adaptation devient une véritable urgence. Parce qu’on sait aussi, et je crois que maintenant, il faut le dire clairement, qu’on ne stabilisera pas le climat en dessous en France des 3,5 – 4 degrés d’augmentation des températures par rapport à l’ère préindustrielle."

Avec la réduction des émissions de gaz à effet de serres, l’adaptation sera au cœur de la loi de programmation énergie-climat du gouvernement Borne attendu pour 2023.

Références

L'équipe

Jean Leymarie
Jean Leymarie
Jean Leymarie
Production
Audrey Dugast
Collaboration
Max Schneider
Collaboration
Léa Sabourin
Production déléguée
Manon de La Selle
Collaboration
Alexandre Choquet
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Félicie Faugère
Réalisation