Abdulkader Fattouh, élève à l’école de parfumerie de Versailles
Abdulkader Fattouh, élève à l’école de parfumerie de Versailles - Mélanie Gouby/ Arte
Abdulkader Fattouh, élève à l’école de parfumerie de Versailles - Mélanie Gouby/ Arte
Abdulkader Fattouh, élève à l’école de parfumerie de Versailles - Mélanie Gouby/ Arte
Publicité

Mélanie Gouby signe un documentaire-portrait qui suit le jeune Abdulkader Fattouh, réfugié syrien et apprenti parfumeur à Versailles. Un voyage des sens où souvenirs et parfums se mêlent.

Avec
  • Mélanie Gouby Journaliste et réalisatrice

Mélanie Gouby est journaliste et réalisatrice. Son documentaire L’Essence des Souvenirs, récit intime qui suit un jeune étudiant syrien pendant ses études à l’école de parfumerie de Versailles, est disponible en ligne dans le catalogue d’Arte depuis le 19 juillet.

Les parfums, une histoire de famille

Grâce à une amie dont la famille accueillait chez elle le jeune étudiant Abdulkader Fattouh, Mélanie Gouby a fait la rencontre de ce passionné des odeurs. Dans les années 1950, le grand-père d'Abdulkader avait ouvert une boutique de parfums dans le souk d'Alep : "mais ces parfums étaient créés en France par une entreprise française et donc, adolescent, Abdulkader a commencé à formuler ce rêve de venir en France pour apprendre l'art de créer les parfums, de les composer, et revenir dans l'entreprise familiale pour créer des parfums syriens qui seraient vendus à des Syriens."

Publicité

Pendant la guerre civile, le magasin est détruit, et Abdulkader doit revoir ses projets professionnels. Il continue cependant d'être poursuivi par les parfums des son enfance. "Il compare les roses françaises et les roses syriennes, les premières étant très parfumées et plus intéressantes pour les parfums, mais pas très bonnes pour la cuisine et la confiture de rose dont il parle."

Une géographie mentale des parfums

Pour Mélanie Gouby, nos souvenirs d'enfance sont toujours liés à des odeurs : "on a tous des souvenirs olfactifs très forts de notre enfance, c'est l'un des premiers sens qui se développent à notre naissance, un sens qui se déploie dans notre cerveau reptilien et qui est donc très instinctif, primaire. Ces souvenirs sont ancrés de manière extrêmement forte dans notre inconscient et quand on ressent ces odeurs, on revit vraiment les moments qu'on a vécus puisque les odeurs sont les mêmes et ces molécules sont les mêmes et reviennent dans notre cerveau de la même façon, d'une manière que la vue ne peut pas reproduire."

Dans le documentaire, la parfumerie se révèle comme un art profondément personnel : "J'ai beaucoup appris sur la parfumerie en faisant ce film et ce n'est pas ce que je pensais de prime abord, et c'était intéressant de voir comment les élèves apprennent à reconnaître les odeurs en y associant des souvenirs, des références personnelles, culturelles."

L'équipe

Jean Leymarie
Jean Leymarie
Jean Leymarie
Production
Anne-Claire Bazin
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Tom Umbdenstock
Collaboration
Alexandre Choquet
Collaboration
Audrey Dugast
Collaboration
Max Schneider
Collaboration
Anna Pheulpin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Léa Sabourin
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation