Demain, quelles perspectives pour les jeunes ? ©Getty -  Klaus Vedfelt
Demain, quelles perspectives pour les jeunes ? ©Getty - Klaus Vedfelt
Demain, quelles perspectives pour les jeunes ? ©Getty - Klaus Vedfelt
Publicité
Résumé

Selon l'OCDE, le chômage des actifs de moins de 25 ans pourrait dépasser 30% d'ici à fin 2020. Entre colère et résignation, angoisse et manque de perspectives, quelles politiques mener pour les jeunes ? Éducation, emploi, construction de soi : analyse d'une génération traversée par les inégalités.

avec :

Yaëlle Amsellem-Mainguy (Sociologue, chargée d'études et de recherche à l'Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire (Injep)), François Dubet (Sociologue, directeur de recherche à l'EHESS).

En savoir plus

Les épreuves de rattrapage du baccalauréat s’achèvent et déjà le taux de réussite est supérieur à celui de l’an dernier. Un record même : 91,5 % des candidats sont reçus au premier tour.   

Un bac évidemment particulier et des vacances d’été qui le seront sans doute aussi pour des jeunes qui ont été privés -pour certains- d’enseignement, car ils n’avaient pas la possibilité d’être connectés, et pour tous de ce que l’école ou l’université apportent en plus de lien social, de vie en collectivité, de rapport à l’altérité, de joie, de chagrin … Bref de vie, quelque part.  

Publicité

Les lieux festifs comme les discothèques restent fermées jusqu’en septembre. D’autres lieux, comme la vie sur les réseaux n’ont jamais cessé d’exister et l’on aurait peut-être tort de les placer hors de la réalité.  

Des mesures devraient être annoncées pour la jeunesse. D’ailleurs, qui est cette jeunesse que l’on écrit si facilement au singulier, et qui pourrait, craint-on jusqu’à l’Élysée, se révolter ?

Les jeunes vont être les premières victimes de la crise économique et du chômage parce qu'on va légitimement sauver les emplois qui existent déjà. On peut imaginer que ceux qui vont pouvoir faire des études et rester à l'université le plus longtemps possible en attendant que le ciel s'éclaire, vont le faire. Si vous n'avez pas d'emploi, si les formations courtes ne débouchent pas sur des emplois, si vous ne voyez pas trop dans quels domaines il y aura de l'emploi, la seule chose raisonnable qui vous reste à faire, c'est de vous inscrire à l'université pour acquérir un niveau et des compétences générales et attendre que la conjoncture change.François Dubet

"On voit dans la jeunesse une inacceptation collective des inégalités et des injustices. Face à cela, les jeunes savent se mobiliser et ont encore une aspiration vers l'avenir, contrairement à ce que parfois on pourrait croire puisqu'on entend qu'ils seraient "désabusés". A chaque fois qu'ils se mobilisent, ils montrent qu'ils sont prêts à participer politiquement à cette société." Yaëlle Amsellem-Mainguy

40 min
Références

L'équipe

Hugo Altmayer
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Manon Prissé
Collaboration
Marguerite Catton
Collaboration
Rémi Baille
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation