Des manifestants algériens dans les rues d'Alger pour le 22e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le 19 juillet 2019.
Des manifestants algériens dans les rues d'Alger pour le 22e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le 19 juillet 2019.
Des manifestants algériens dans les rues d'Alger pour le 22e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le 19 juillet 2019. ©AFP - AFP
Des manifestants algériens dans les rues d'Alger pour le 22e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le 19 juillet 2019. ©AFP - AFP
Des manifestants algériens dans les rues d'Alger pour le 22e vendredi de mobilisation contre le pouvoir, le 19 juillet 2019. ©AFP - AFP
Publicité
Résumé

Comment retisser des liens avec un pays qui évolue à grande vitesse ? Comment définir son identité d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée ? De nombreux Algériens et Franco-Algériens se posent ces questions, surtout depuis le 22 février, début du mouvement de contestation contre Bouteflika.

avec :

Benjamin Stora (Historien, auteur du rapport public "Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d'Algérie" commandé en juillet 2020 par le président de la République), Karim Amellal (Ecrivain et enseignant à Sciences-po depuis 2005).

En savoir plus

On a eu plusieurs vagues d'immigration vers la France : la première de type ouvrière classique, notamment en provenance de la Kabylie dans les années 1930, puis une seconde vague pendant la guerre d'Algérie puis une troisième vague pendant la décolonisation et enfin une quatrième peu connue et peu documentée dans les années 1990. (...) Toute cette diaspora algérienne, quelle que soit la temporalité, construit un espace mixte culturel et social entre les deux rives de la Méditerranée. Benjamin Stora

En savoir plus : Alger, du trauma au déni : à quand la décolonisation de l’esprit ?

Au moment où Bouteflika était président de la République, on avait, depuis la France et c'était très entretenu par les médias, l'image d'une Algérie où il ne se passe rien du tout, une sorte de banquise que l'on observe de haut, de loin. Sans voir tout ce qu'il y avait dessous : une Algérie qui fourmillait, pleine de créativité, d'espoir et de combat. Karim Amellal

Publicité

En savoir plus : Colonialisme en Algérie

Depuis le 22 février, il y a quelque chose de très intéressant : chaque vendredi principalement,  les jeunes brandissent les portraits des martyres révolutionnaires, qui ont combattu pour l'indépendance, dans un élan extraordinaire et très beau de se réapproprier ces figures et toute cette histoire qui leur a échappé et qu'on ne leur a pas forcément enseignée intégralement. Karim Amellal

La période de la guerre d'Algérie n'est encore pas suffisamment enseignée et cela me paraît tragique et problématique pour toute cette jeunesse issue de l'immigration algérienne. (...) Je crois qu'il y a encore une douleur, une incapacité en partie, une réticence très forte en France à dévoiler l'intégralité du récit national. Karim Amellal

Avec la question berbère, on a une bataille autour des drapeaux qui est majeure c'est-à-dire comment construire un Etat moderne, un Etat de droit et centralisé en préservant le lien national tout en respectant l'histoire plurielle et diverse, la question de la pluralité qui est une question décisive en Algérie. On est entré dans une nouvelle période de l'histoire intérieure algérienne. Benjamin Stora

Références

L'équipe

Charles Thibout
Production déléguée
Gwendoline Troyano
Collaboration
Lise Côme
Réalisation