Noémie Merlant - Nordouest
Noémie Merlant - Nordouest
Noémie Merlant - Nordouest
Publicité
Résumé

Connue pour ses rôles dans "Portrait de la jeune fille en feu" ou "Les Olympiades", Noémie Merlant réalise son premier long-métrage, "Mi Iubita, mon amour", qui sortit en salle mercredi 27 juillet. La géographe et historienne Adèle Sutre apporte de son côté une approche historique au film.

avec :

Noémie Merlant (Actrice, scénariste et réalisatrice), Adèle Sutre (Historienne et géographe, spécialiste des trajectoires migratoires et des dynamiques de mobilité et d’ancrage territorial des sociétés tsiganes).

En savoir plus

Actrice insatiable, Noémie Merlant a multiplié les rôles de femme forte, poignante, complexe. Révélée en 2009 dans le film L'Orpheline avec en plus un bras en moins de Jacques Richard, elle a collaboré avec des réalisateurs et réalisatrices tels que Marie-Castille Mention-Schaar, Céline Sciamma, Jacques Audiard, Louis Garrel et plus récemment André Téchiné ou Isaki Lacuesta. C'est en tant que réalisatrice qu'elle présente son premier long-métrage, Mi Iubita, mon amour.

Un film sur la découverte de l'altérité

Ce premier long-métrage, Mi Iubita, mon amour, présenté en Séances spéciales à Cannes l’année dernière fait suite au précédent court-métrage de la réalisatrice, Shakira prenant déjà comme sujet la communauté Rom. Ici, Jeanne (jouée par Noémie Merlant) part avec ses amies en Roumanie enterrer sa vie de jeune fille. Mais rien ne se passe comme prévu et le groupe d’amies est accueilli par une communauté Rom. Pourquoi filmer des communautés Roms que le cinéma ne semble pas voir ? "C'est vrai que souvent quand j'en parlais à des producteurs ou à des gens du milieu, j'avais cette phrase terrible que les Roms, ça n'intéresse personne, tout le monde s'en fout, explique Noémie Merlant. C'est terrible comme phrase ! Et je pense que ce n'est pas vrai, même si en effet il y a énormément de discriminations et de racisme. Et puis justement, il faut se battre pour les représenter le mieux possible et amener les spectateurs à aller vers l'autre".

Publicité

Filmer une romance dans une communauté Rom

La trame narrative du film repose ainsi sur l'histoire d'amour entre Jeanne et Nino, jeune Rom accueillant le groupe d'amies. Noémie Merlant aborde à travers cette romance la différence d'âge et de milieux sociaux, la découverte de l'autre et la communication entre des espaces qui semblent cloisonnés. "Il y a une forme d'engagement politique, nous explique Noémie Merlant. C'est un film qu'on a co-écrit avec Gimi et donc il y a beaucoup de choses dans l'écriture. Par exemple le fait de renverser certains codes, comme cette famille Rom qui accueille ces filles. C'était important de renverser ça. Pour aussi jouer avec le fait que c'est normalement nous, entre guillemets, qui les accueillons – si tant est qu'on les accueille souvent très mal ou pas du tout. Donc, il y avait une vraie volonté. Et puis Gimi a énormément de choses à raconter et à créer".

Ce film se distingue aussi par sa porosité entre la fiction et le documentaire, mettant le spectateur au plus proche du réel de ces communautés méconnues et peu présentes au cinéma. Pour la géographe et historienne Adèle Sutre, "c'est très important de montrer des pans de réalité et de vie de ces familles qui vivent entre la Roumanie et la France. Ces familles, sont mobiles, circulent entre les deux pays en développant une économie particulière. (Mais il y aussi un) attachement à la terre. Combattre les stéréotypes, c'est aussi montrer que ce sont des groupes qui sont ancrés historiquement et géographiquement dans des espaces précis, dans des pays, dans des régions – alors qu'on les présente souvent comme étant complètement déterritorialisés". Une réalité que retranscrit sensiblement Noémie Merlant dans ce premier long-métrage. Il ne reste plus qu'à attendre la suite.

51 min
Références

L'équipe

Nicolas Herbeaux
Production
Bertille Bourdon
Collaboration
Tom Umbdenstock
Collaboration
Sarah Masson
Production déléguée
Alexandre Choquet
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Anne-Claire Bazin
Production déléguée
Élodie Piel
Collaboration