Face à l'inflation, les salaires des Français peinent à tenir le cap. ©Getty - Elizabeth Fernandez
Face à l'inflation, les salaires des Français peinent à tenir le cap. ©Getty - Elizabeth Fernandez
Face à l'inflation, les salaires des Français peinent à tenir le cap. ©Getty - Elizabeth Fernandez
Publicité
Résumé

L'Assemblée nationale et le Sénat se sont accordés cette semaine sur un paquet de mesures en faveur du pouvoir d'achat, comprenant notamment un certain nombre de primes. Mais est-ce suffisant pour faire face à l'inflation ?

avec :

Philippe Askenazy (Économiste du travail et directeur de recherches au CNRS Centre Maurice Halbwachs, professeur à l’ENS).

En savoir plus

Le pouvoir d'achat va augmenter, c'est l'engagement du gouvernement et du Parlement alors que le Sénat et l'Assemblée nationale ont adopté une série de mesures d'urgence : 20 milliards d'euros viendront les financer. Pendant les débats ces dernières semaines, une question a occupé les discussions, celle des salaires. Sur un an en France, l'inflation dépasse les 6%. C'est moins que chez nos voisins européens, mais c'est beaucoup, alors que les salaires devraient augmenter de 3% en moyenne (estimations du groupe Willis Towers Watson). Les salaires sont-ils bloqués ? Que vont faire les entreprises ? Que peut faire l'Etat et a-t-il un rôle à jouer ?

Nous en parlons ce matin avec l'économiste du travail et chercheur au CNRS Philippe Askenazy et avec le président du cabinet de conseil Quintet et ancien directeur de cabinet de la ministre Muriel Pénicaud de 2017 à 2020 Antoine Foucher.

Publicité

Des primes plutôt que des hausses de salaires

Comme le rappelle Philippe Askenazy, "ce débat traverse l'ensemble des pays concernés par l'inflation, ce n'est pas quelque chose de particulier à la France. Il y a la peur d'un retour d'une boucle prix-inflation, donc on préfère jouer sur tout un tas de dispositifs permettant d'éviter des augmentations générales de salaires. Les salaires minimums bénéficient ainsi d'une revalorisation automatique, mais d'aucun coup de pouce particulier."

La prime serait donc une solution préférable pour les entreprises selon Antoine Foucher, qui ne pourraient prendre le risque d'augmenter les salaires face à la conjoncture actuelle : "une prime permet d'accompagner une inflation, on peut l'adapter d'année en année et les entreprises peuvent moduler leur effort. C'est plus prudent, même si cela peut créer des tensions sociales."

Travailler plus pour gagner plus ?

Les heures supplémentaires sont de nouveau encouragées, mais est-ce une mesure efficace ? Oui et non pour Antoine Foucher, qui souligne que "si cela coûte moins cher à l'employeur tout en rapportant plus au salarié, cela nuit à l'embauche. Dans un contexte de baisse du chômage, ce n'est pas un problème, la mesure répond à la conjoncture. Sur le temps long, cela peut toutefois poser un problème, car ces heures sont défiscalisés et désocialisées, c'est-à-dire que tous les droits sociaux ne seront calculés que sur le salaire de base et pas sur ce temps supplémentaire."

S'interroger sur le modèle productif français

Pour Philippe Askenazy, ces mesures peuvent être efficaces sur le court-terme, mais notre réflexion doit être plus ambitieuse. "Il va falloir se demander quel type de modèle veut suivre la France ces prochaines années. Ne pas augmenter les salaires peut en effet engendrer une baisse de la productivité, on l'a vu en Grande-Bretagne . Le salaire est une reconnaissance et un incitatif, tant pour les salariés que pour les entreprises. En France aujourd'hui, malgré la création d'emploi, on observe une baisse de la productivité horaire du travail car les salaires ne bougent pas. Cela s'est déjà produit en Grande-Bretagne, et cela a coûté très cher au pays. Ne doit-on pas changer notre modèle pour pousser notre économie vers le haut ?"

Références

L'équipe

 ©
©
Jean Leymarie
Production
Cyril Marchan
Production déléguée
Léa Sabourin
Production déléguée
Audrey Dugast
Collaboration
Manon de La Selle
Collaboration
Félicie Faugère
Réalisation
Max Schneider
Collaboration
Alexandre Choquet
Collaboration