La primo-romancière Adèle Rosenfeld
La primo-romancière Adèle Rosenfeld - JFPAGA
La primo-romancière Adèle Rosenfeld - JFPAGA
La primo-romancière Adèle Rosenfeld - JFPAGA
Publicité

Rencontre avec Adèle Rosenfeld, née malentendante et qui s'est inspirée de cette expérience pour relater le parcours d'une jeune femme perdant l'audition dans son premier roman, "Les Méduses n'ont pas d'oreilles" (Grasset).

Adèle Rosenfeld retrace dans ce premier roman le parcours de Louise, une jeune trentenaire qui perd peu à peu l'audition et s'accroche aux mots qui l'abandonnent. L'écrivaine elle-même a été appareillée à 5 ans. Jusqu'alors, ses parents ignoraient qu'elle était malentendante. "Il y a des émotions qui peuvent me revenir de ma petite enfance, mais pas d'atmosphère sonore. Justement, dans le livre, il y a un moment où Louise, qui n'a pas non plus de souvenirs avant son appareillage, s'interroge : est-ce que la mémoire s'active avec le son ?".  "Quand on est enfant, on cherche à ressembler aux autres. Il y a un instinct naturel qui veut masquer la différence. Le propre de ce handicap est d'ailleurs qu'il est invisible, donc on peut le cacher. Jusqu'au moment où on ne peut plus le faire", raconte Adèle Rosenfeld.

Il arrive à Louise, le personnage principal de ce premier roman, de retirer son appareil pour retrouver la "rondeur du silence". "On associe souvent le silence à la mort ou à quelque chose de très sombre. Ce qui accompagne ce livre, c'est une recherche autour du silence en littérature, j'avais vraiment envie de me questionner autour de ce silence : est-ce un vide ou un plein ?". "J'ai vécu cette différence comme un handicap, dans le sens où cela m'a posé problème pour me hisser à la norme. Après, j'avais aussi envie, au travers de ce livre, de montrer comment ce handicap peut se transformer en quelque chose de positif. Je voulais me poser la question : qu'est ce qu'on gagne quand on perd ?", poursuit l'écrivaine.

Publicité

"J'ai vécu cette différence comme un handicap, dans le sens où cela m'a posé problème pour me hisser à la norme. Après, j'avais aussi envie, au travers de ce livre, de montrer comment ce handicap peut se transformer en quelque chose de positif. Je voulais me poser la question : qu'est ce qu'on gagne quand on perd ?", poursuit l'écrivaine.

Pour aller plus loin :

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Roxane Poulain
Collaboration
June Loper
Réalisation
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée