Jean-Louis Trintignant. ©AFP - Anne-Christine POUJOULAT
Jean-Louis Trintignant. ©AFP - Anne-Christine POUJOULAT
Jean-Louis Trintignant. ©AFP - Anne-Christine POUJOULAT
Publicité
Résumé

Hommage à l'acteur Jean-Louis Trintignant, décédé à l'âge de 91 ans.

avec :

Costa-Gavras (Cinéaste), Serge Toubiana (Président d'Unifrance), Nicole Garcia (actrice, réalisatrice, scénariste).

En savoir plus

Hommage à un acteur fort de 120 films, Jean-Louis Trintignant, mort hier à l'âge de 91 ans. Une carrière qu'il n'avait jamais voulu aussi longue et qui avait débuté au cinéma en 1965 dans Et dieu créa la femme aux côtés de Brigitte Bardot. Serbe Tubiana, président d'Unifrance, ancien président de la Cinémathèque, critique culte des Cahiers du cinéma réagit à la disparition du comédien : "Trintignant, on aime sa voix, sa douceur, on aime son charme. Il est séduisant, mais il peut être aussi inquiétant. Comme dans "Le bon plaisir" de Francis Girod, où il incarne un président de la République qui pourrait ressembler à François Mitterrand, qui a aussi un goût du pouvoir et de l'autorité. Et le pouvoir et l'autorité vont avec le silence".  "C'est un acteur de l'ambiguïté. Et j'aime beaucoup cette façon de manier la profondeur et la légèreté, le sourire et la colère. C'est un grand acteur, quelqu'un qui est capable d'épouser toutes les variations de sentiments et de pensées", poursuit-il.

1h 25

Costa-Gavras avait dirigé Jean-Louis Trintignant dans le film "Z" pour lequel le réalisateur a reçu l'Oscar du meilleur film étranger. Jean-Louis Trintignant avait décroché le prix d'interprétation au Festival de Cannes. Plus tôt, Costa-Gavras avait déjà travaillé avec Jean-Louis Trintignant. Il avait alors joué un rôle de méchant méchant. "Je lui proposé de faire ce rôle dans mon premier film. Il avait accepté immédiatement, en me disant que cela l'amusait beaucoup de faire un méchant. Il a incarné ce méchant avec une telle gentillesse que ce méchant est devenu très intéressant". "Trintignant était déjà connu dans le monde avant le film "Z", je pense que cela a prolongé cette attractivité, car le public l'avait vu dans un film, dans un rôle très différent de ce pour quoi on le connaissait", ajoute-t-il.

Publicité
23 min

Le comédien avait partagé l'affiche avec Nicole Garcia dans une pièce culte, "Deux sur la balançoire", une pièce de William Gibson créée à Broadway dans les années 50. Nicole Garcia se souvient : "Je jouais effectivement dans "Deux sur la balançoire" avec Jacques Weber au Théâtre de l'Atelier. C'était la dernière et à la fin de la représentation, on sonne à ma porte de loge et il y avait Jean-Louis Trintignant qui m'a dit un peu comme un caprice d'enfant : "Je veux jouer avec vous". C'était comme ça, il y avait une ferveur que je ne pouvais pas décevoir". Nicole Garcia continue : "J'ai pu percevoir à travers son jeu de comédien, et peut-être plus que sur un plateau de cinéma, une ambiguïté, une ambivalence. En tant qu'acteur, il fondait ses rôles là dessus, sans le chercher, et ça faisait partie de sa panoplie d'acteur : il pouvait être doux et agressif, cynique et passionné, innocent et coupable".

Extraits entendus pendant l'émission :

Références

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
June Loper
Réalisation
Roxane Poulain
Collaboration
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée