Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris et membre du Conseil scientifique.
Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris et membre du Conseil scientifique. ©AFP - Ludovic Marin
Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris et membre du Conseil scientifique. ©AFP - Ludovic Marin
Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris et membre du Conseil scientifique. ©AFP - Ludovic Marin
Publicité

Au lendemain du conseil de défense sanitaire, et alors que, à quelques jours des fêtes, la situation épidémique se dégrade, Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris et membre du Conseil scientifique.

Avec

En ce premier jour des vacances d’hiver et à quelques jours des fêtes de fin d’année, état des lieux de la pandémie de Covid19. Hier se tenait un Conseil de défense sanitaire, après quoi le Premier ministre Jean Castex a annoncé une nouvelle série de mesures restrictives.

Pour se protéger, il n'y a pas une mais plusieurs stratégies : il y a le vaccin, les tests, le port du masque, l'aération, le télétravail, etc. Chacun de ces outils isolément n'est pas efficace à cent pour cent, même s'ils diminuent les risques : c'est vraiment un ensemble. (...) Le mieux serait d'être tout le temps à la maison mais ce n'est pas possible, car ce n'est pas bon pour la santé mentale. Je suis persuadé, cependant, que l'on peut vivre en faisant très attention. 

Publicité

Je pense que le variant Omicron va remplacer le variant Delta. En France, nous sommes un peu en retard, dans le bon sens du terme, par rapport au Royaume-Uni. Mais on va le voir de plus en plus car c'est exponentiel (...)   On sait avec certitude aujourd'hui que ce variant est plus transmissible : il l'est intrinsèquement, mais il l'est aussi parce qu'il est moins sensible au vaccin.  

L'équité en termes d'accès à la vaccination est un véritable problème. Mais il est aussi important d'organiser la production et la fabrication de vaccins dans les pays du Sud. Ce n'est, en effet, pas qu'une question de disponibilité du vaccin. Il s'agit de travailler sur toute la chaîne, y compris sur l'hésitation vaccinale des populations. 

Pour aller plus loin : 

L'équipe

Caroline Broué
Caroline Broué
Caroline Broué
Production
Roxane Poulain
Collaboration
June Loper
Réalisation
Stéphanie Villeneuve
Production déléguée