Les 50 personnes qui ont perdu la vie dans l'attaque terroriste de Christchurch étaient âgés de 3 à 77 ans.
Les 50 personnes qui ont perdu la vie dans l'attaque terroriste de Christchurch étaient âgés de 3 à 77 ans.
 Les 50 personnes qui ont perdu la vie dans l'attaque terroriste de Christchurch étaient âgés de 3 à 77 ans. ©Getty - 	Carl Court
Les 50 personnes qui ont perdu la vie dans l'attaque terroriste de Christchurch étaient âgés de 3 à 77 ans. ©Getty - Carl Court
Les 50 personnes qui ont perdu la vie dans l'attaque terroriste de Christchurch étaient âgés de 3 à 77 ans. ©Getty - Carl Court
Publicité
Résumé

Le terroriste qui a commis un massacre dans deux mosquées de Christchurch, le 15 mars, s'est justifié par un manifeste intitulé "Le Grand remplacement". L'idée, qui fait écho à une thèse de Renaud Camus, est populaire auprès de l'extrême droite.

avec :

Jean-Yves Camus (politologue, co-directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès), Marc Weitzmann (Ecrivain et producteur de l'émission "Signes des temps").

En savoir plus

L'attentat terroriste perpétré dans deux mosquées de la ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a fait 50morts selon un dernier bilan. L'assaillant a expliqué son geste, en publiant un manifeste de 74 pages sur les réseaux sociaux, dans lequel il dévoile ses motivations, se disant "fasciste", dénonçant un "génocide blanc", et revendiquant avoir mené une **"**attaque terroriste".

Le titre de ce document, intitulé Le Grand remplacement, fait écho à une théorie du complot de l'extrême droite identitaire, introduite en 2011 par l'écrivain français Renaud Camus sur la disparition des "peuples européens", "remplacés", selon lui par des populations non-européennes immigrées.

Publicité

Pour en parler, Florian Delorme reçoit :

Marc Weitzmann, écrivain et producteur de l'émission "Signes des temps" sur France Culture, auteur de « Un temps pour haïr », aux éditions Grasset.

Jean-Yves Camus (par téléphone), directeur de l'Observatoire des Radicalités Politiques à la Fondation Jean-Jaurès.

Terrorisme d’extrême droite : 

Il y a, en France, un contexte particulier, une culture très ancrée qui fait qu’une narration haineuse est possible. Il y a beaucoup de considérations sur la France, dans le manifeste du tueur (de Christchurch), sur Macron… mais les influences sont multiples… Il ne faut pas sur-jouer les influences ni les sous-estimer. Marc Weitzmann.

Les tueurs de masse d’extrême droite éprouvent le besoin d’écrire des manifestes individualistes, pas les djihadistes. Marc Weitzmann.

Il y a un point commun très profond entre le terrorisme islamiste et le terrorisme d’extrême droite : c’est la volonté de s’ancrer dans une certaine forme de populisme. Marc Weitzmann.

La culture post 11 septembre a « boosté » l’extrême droite européenne. Marc Weitzmann.

Le modèle d’une société multiculturelle :

Le problème c’est qu’en France, en Grande-Bretagne, et dans les pays anglo-saxons, en général, on confond multiculturalité (le fait multiculturel) avec les multiculturalismes comme politique publique… Il faut prendre conscience du fait qu’il y a certaines visions idylliques du multiculturalisme. Olivier Esteves.

Tous ceux qui passent à l’acte (comme le tueur de l'attentat de Christchurch) luttent contre le mélange, le fait que d’autres viennent d’ailleurs et trahissent leur culture d’origine. Pour eux, il faut rester fidèle à son identité, à ce dont on vient, et s’il faut, prendre les armes à la main...  Marc Weitzmann.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Elodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Roman Bornstein
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation