Des manifestants devant l'Opéra Garnier à Paris le 17 février 2020, lors d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites.
Des manifestants devant l'Opéra Garnier à Paris le 17 février 2020, lors d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites.
Des manifestants devant l'Opéra Garnier à Paris le 17 février 2020, lors d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites. ©AFP - ALAIN JOCARD
Des manifestants devant l'Opéra Garnier à Paris le 17 février 2020, lors d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites. ©AFP - ALAIN JOCARD
Des manifestants devant l'Opéra Garnier à Paris le 17 février 2020, lors d'une journée de mobilisation contre la réforme des retraites. ©AFP - ALAIN JOCARD
Publicité
Résumé

Avons-nous perdu notre capacité à construire du collectif ? Dans une période de forte conflictualité sociale, assiste-t-on à une fragmentation de la société française ? L'historien et philosophe Marcel Gauchet est l'invité des Matins.

avec :

Marcel Gauchet (philosophe et historien, directeur d'études à l'EHESS).

En savoir plus

Alors que le climat social français apparaît plus délétère que jamais, entre la mobilisation massive contre la réforme des retraites et la gronde des gilets jaunes, la perspective d’un “projet collectif” semble de plus en plus compromise. Notre système démocratique et républicain peine à faire face non seulement à la colère sociale, mais aussi à la question du communautarisme religieux. Dans un discours prononcé lors d’un déplacement à Mulhouse le 19 février dernier, Emmanuel Macron s’est dit prêt à lutter contre le “séparatisme islamiste”. Parmi les mesures annoncées, la fin progressive du système d'"imams détachés" envoyés par la Turquie, le Maroc et l'Algérie ainsi que la suppression dès la rentrée 2020 du dispositif d'enseignement de langue et de culture d'origine (Elco).  La menace d’une fragmentation de la société française est-elle à l’oeuvre ? Assiste-t-on à une droitisation du discours présidentiel à seulement quelques semaines des municipales ?

Guillaume Erner reçoit Marcel Gauchet, philosophe et historien, directeur d'études à l'EHESS et rédacteur en chef de la revue Le Débat.

Publicité

"Séparatisme est un terme descriptif, qui représente un progrès intellectuel par rapport au communautarisme, dans un monde ou les communautés n'existent guère. La composante individuelle a le pas sur la vie du groupe. Quand ce sont des communautés, elles sont affinitaires, elles reposent sur un choix révocable, ce qui est le contraire de la définition du communautarisme. Avec la notion de séparatisme, il y a deux difficultés : le facteur d'exclusion et le facteur de repli . Tout est dans la pondération de ces deux facteurs."

"La modernité est un projet que l'on ne peut pas refuser. Il y a une prégnance remarquable dans les rouages dans la société, qui absorbe même ceux qui veulent la contester"

"Une des choses qui réunit notre société est la rationalité : Darwin n'est pas une option. La fonction de l'enseignement est là pour faire comprendre la différence entre une opinion personnelle et une opinion rationnelle, qui n'est donc plus une opinion."

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation