Clémentine Autain députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis sur le plateau de "L'émission politique" le 24 janvier 2019
Clémentine Autain députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis sur le plateau de "L'émission politique" le 24 janvier 2019 ©AFP - Geoffroy VAN DER HASSELT
Clémentine Autain députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis sur le plateau de "L'émission politique" le 24 janvier 2019 ©AFP - Geoffroy VAN DER HASSELT
Clémentine Autain députée La France Insoumise de Seine-Saint-Denis sur le plateau de "L'émission politique" le 24 janvier 2019 ©AFP - Geoffroy VAN DER HASSELT
Publicité

Députée LFI de la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain revient avec nous pour analyser et décortiquer l'actualité politique française et européenne. Elle nous présente également son dernier livre, plus intime "Dites-lui que je l'aime" aux éditions Grasset.

Avec
  • Clémentine Autain députée France Insoumise de Seine-Saint-Denis, co-directrice de « Regards ».

La députée France Insoumise, Clémentine Autain, est aujourd'hui l'invitée des Matins de France Culture. Elle partage avec nous son analyse de la situation politique au niveau français et européen. Elle revient sur le rapport complexe et parfois compliqué entre la gauche et les gilets jaunes. Comment la gauche peut-elle offrir une réponse à la crise des Gilets Jaunes ? Pourquoi ne semble t-elle pas réussir à métaboliser cette colère en vote pour les européennes ? Plus largement comment la France Insoumise et la gauche peuvent ils enrayer la morosité dans leur camp.

Clémentine Autain vient également nous présenter son livre "Dites-lui que je l'aime" aux éditions Grasset. Ce livre est un retour sur un long deuil, celui d’une mère alcoolique, Dominique Laffin, actrice, qui décède à trente-trois ans quand Clémentine Autain n'a que douze ans. Ce livre regarde la mort d’une mère en face, dans toutes les émotions que peut ressentir une petite fille, une adolescente et une adulte. « Dites-lui que je l’aime » nous montre, face à un apparent impossible pardon, comment l’on peut se réconcilier avec un mort.

Publicité

Vous en avez encore aujourd’hui pour s’interroger si ceux qui touchent le RSA il ne faudrait pas leur demander une contrepartie, alors que pour les plus riches, aux entreprises du CAC40 on ne demande strictement rien, j’entends cette colère, cette exigence de respect et de dignité

Notre responsabilité politique est d'ouvrir l'espoir par la mise en perspective qu'il est possible d'améliorer la vie

Il y a un projet, c’eseEuropéenne telle qu’elle est, en nous faisant croire que c’est soit ce projet-là, soit l’extrême droite qui est aux manettes avec ses égoïstes, son repli, sa xénophile. Il y a un autre chemin possible, c’est celui-là que nous voulons faire valoir aux européennes.