Selon l'ONU, les mesures de sauvetage et de relance économiques ont principalement soutenu cette année des secteurs intensifs en carbone, comme l'aéronautique
Selon l'ONU, les mesures de sauvetage et de relance économiques ont principalement soutenu cette année des secteurs intensifs en carbone, comme l'aéronautique ©AFP - Odd ANDERSEN
Selon l'ONU, les mesures de sauvetage et de relance économiques ont principalement soutenu cette année des secteurs intensifs en carbone, comme l'aéronautique ©AFP - Odd ANDERSEN
Selon l'ONU, les mesures de sauvetage et de relance économiques ont principalement soutenu cette année des secteurs intensifs en carbone, comme l'aéronautique ©AFP - Odd ANDERSEN
Publicité

Au terme de l’année 2020, nous laissons derrière nous la décennie la plus chaude jamais observée. Depuis l'Accord de Paris de 2015, de nombreux pays ont montré leur ambition en matière climatique en s’accordant de nouveaux moyens pour tenir leurs objectifs. Est-ce suffisant ?

Avec

Ces dernières années, les engagements climatiques des Etats se sont multipliés de façon inédite. Mais les objectifs qu’ils assignent sont volontiers qualifiés de lointains, et l’action publique est désormais guidée par des moyens juridiques nouveaux : multiplication des cas de recours, condamnations des entreprises et injonctions faites aux Etats… 

Mais les dernières mesures de relance économique adoptées par les pays pour répondre à la pandémie semblent confirmer une tendance au soutien d'une économie carbonée. Faut-il contraindre encore davantage les pouvoirs publics au respect de leurs propres engagements ?

Publicité

Nous en parlerons avec Christian de Perthuis, professeur à l'Université Paris-Dauphine, fondateur de la Chaire Economie du Climat et auteur de Covid-19 et réchauffement climatique (2020, De Boeck supérieur). Il sera rejoint en deuxième partie par Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit public et droit de l'environnement.

Christian de Perthuis :

Il n’y a aucune chance pour qu’il y ait un rebond important des émissions de gaz à effet de serre en Europe ou en Etats-Unis. Les émissions étaient déjà sur une tendance baissière ces dernières années. Le moteur de la transition énergétique est donc bien enclenché.

Pendant la décennie 2010-2020, la Chine a amorcé des inflexions importantes dans sa stratégie énergétique. C’est aujourd’hui le premier pays à disposer de capacités de production pour l’énergie renouvelable.

La Chine est aussi le pays qui émet encore plus de CO2 que les Etats-Unis et l’Europe réunis. Mais en tendance, ce n’est plus en Chine qu’on accroit le plus les émissions de CO2. C’est désormais dans les pays émergents et dans les pays pétroliers.

58 min

« La transition bas carbone, c’est un problème de reconversion industrielle »

Il ne suffit pas d’ajouter des investissements dans le vert, il faut reconvertir des outils industriels qui ne peuvent fonctionner qu’avec de l’énergie fossile. Ce désinvestissement de l’énergie fossile a un coût, et ce coût est très mal provisionné dans les plans de relance européens.

Arnaud Gossement :

Aujourd’hui on parle moins de l’aspect éthique ou économique, et surtout de l’aspect juridique. Or je crois qu’il faut redonner à la justice climatique tout son sens.

Il y a un effet d’entraînement et un effet pédagogique avec ces recours juridiques. Mais je crois que certains attendant beaucoup trop de ces contentieux climatiques.

Christian de Perthuis

La dette climatique pose une question de fond : celle de la compatibilité entre un développement qui accélère l’accès à un meilleur niveau de vie avec la réduction massive des gaz à effet de serre. C’est une question de modèle économique plus qu’une stricte question juridique.

59 min

Arnaud Gossement

Certains des recours sont très intéressants. La CEDH a par exemple accepté d’instruire une plainte qui pose la question fondamentale du lien entre inaction climatique et atteinte aux droits de l’homme.

L’Etat est une fiction juridique, ça n’est pas une personne que vous pouvez mettre en prison. Or le Gouvernement qui sera en place au moment où sera jugée l’affaire du Siècle pourra très bien ne pas se tenir pour responsable des politiques menées sur les 40 dernières années.

4 min

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation
Sophie Alavi
Collaboration