Comment faire de la politique au temps du changement climatique ?

Des manifestants pour la protection de l'environnement et des animaux à Madrid, pendant la COP 25 (décembre 2019).
Des manifestants pour la protection de l'environnement et des animaux à Madrid, pendant la COP 25 (décembre 2019). ©AFP - CRISTINA QUICLER
Des manifestants pour la protection de l'environnement et des animaux à Madrid, pendant la COP 25 (décembre 2019). ©AFP - CRISTINA QUICLER
Des manifestants pour la protection de l'environnement et des animaux à Madrid, pendant la COP 25 (décembre 2019). ©AFP - CRISTINA QUICLER
Publicité

La COP 25, un sommet pour rien ? La justice sociale est-elle indispensable pour une transition écologique effective ? Quels sont les enjeux politiques à l'ère du réchauffement climatique ?

Avec
  • Christian de Perthuis Économiste à l’université Paris Dauphine, fondateur de la Chaire Economie du climat

Alors que des feux de forêt incontrôlables embrasent l’Australie, le premier ministre Scott Morrison est accusé de ne pas assez s’engager pour le climat. Il a contre-attaqué, en jugeant qu'il serait «irresponsable» de délaisser l'industrie du charbon et ses milliers d'emplois. A l'international, le bilan de la COP 25 est plus que mitigé, les ambitions des Etats, surtout les plus pollueurs, n’ont pas été renouvelées. L’initiative de la nouvelle Commission européenne d’un « green deal » visant à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, inspire l'espoir, mais n'éclipse pas les interrogations sur les leviers de financement d'un tel projet.  

Comment conjuguer justice sociale et transition démocratique, tant au niveau national qu’international ? L’UE réussira-t-elle à se positionner comme leader dans la transition démocratique ? Comment conjuguer les deux temporalités, écologiques et politiques ?

Publicité

Pour en parler, nous recevons Christian de Perthuis, professeur d'économie, fondateur de la Chaire économie du climat (CEC) à l'université Paris-Dauphine, et auteur de l'ouvrage Le tic-tac de l'horloge climatique : une course contre la montre pour le climat aux éditions De Boeck.

"Ce que disent les jeunes qui manifestent sur le climat, c'est qu'on n'a pas le temps. Le climat est un problème d'aujourd'hui (...). En 2005, je présentais la question du changement climatique comme étant une problématique de développement durable. Ce que nous dit Greta Thunberg, c'est que c'est un problème de maintenant"

L'urgence climatique ne signifie pas que l'in pense que la société va s'effondrer demain. Cela signifie que l'on va devoir imaginer d'autres formes d'actions pour éviter l'effondrement. On a beaucoup de peine a démarrer ces changements car à mesure que l'on prend l'ampleur du défi, on se rend compte que l'on va devoir remettre beaucoup de choses en question. 

"Le climat du monde est à peu près déjà connu durant les deux ou trois prochaines décennies. Les changements d'aujourd'hui seront connus dans les années 2080. L'enjeu transgénérationnel est très important. Il faut convaincre l'ensemble de la société que le climat ne doit pas être un facteur de polarisation mais un facteur de nouvelles prises de décisions"

"Dans quel délai faut-il agir ? Dans notre système, on est dans une logique d'empilement. Il ne suffit pas d'ajouter des sources d'énergie de sources renouvelables. La transition bas carbone, c'est une rupture. Il faut passer à une logique de la substitution."

L'équipe