Un passager portant un masque de protection dans la gare Est de Pékin. Des dizaines de millions de résidents dans la région de Hubei ont été mis en quarantaine.
Un passager portant un masque de protection dans la gare Est de Pékin. Des dizaines de millions de résidents dans la région de Hubei ont été mis en quarantaine.
Un passager portant un masque de protection dans la gare Est de Pékin. Des dizaines de millions de résidents dans la région de Hubei ont été mis en quarantaine. ©AFP - NICOLAS ASFOURI
Un passager portant un masque de protection dans la gare Est de Pékin. Des dizaines de millions de résidents dans la région de Hubei ont été mis en quarantaine. ©AFP - NICOLAS ASFOURI
Un passager portant un masque de protection dans la gare Est de Pékin. Des dizaines de millions de résidents dans la région de Hubei ont été mis en quarantaine. ©AFP - NICOLAS ASFOURI
Publicité
Résumé

C'est une Chine de plus en plus isolée du monde qui continue de se battre contre le coronavirus, reconnu comme une "urgence sanitaire mondiale" par l'OMS. À l'heure des flux massifs de personnes et de biens, est-il réaliste de circonscrire la propagation de telles maladies contagieuses ?

avec :

Renaud Piarroux (Chef de service à la Pitié Salpêtrière (APHP), spécialiste des épidémies, membre de l'Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique rattaché à l’INSERM), Anne-Marie Moulin (Médecin et philosophe, spécialisée en médecine tropicale. Directrice de recherche émérite au CNRS, professeure associée à l’Université Senghor d’Alexandrie, département Santé).

En savoir plus

Alors que la Chine est de plus en plus isolée, l’épidémie du coronavirus s’accélère. Le bilan s'élève désormais a plus de 250 décès. L’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré l'urgence de santé publique de portée internationale et Pekin invite, elle, à ne pas paniquer. Les scientifiques sont à pied d’œuvre pour trouver un remède. À l'heure des flux massifs de personnes et de biens, est-il réaliste de circonscrire la propagation de telles maladies contagieuses ? Faut-il y voir le retour des épidémies ? Comment y mettre fin ? 

À lire : "Avant le coronavirus, le SRAS a obligé les pays à s'organiser"

Pour en parler, nous recevons Renaud Piarroux, professeur à la faculté de médecine de Sorbonne Université, chercheur à l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique et chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Auteur de « Choléra : Haïti 2010-2018, histoire d'un désastre » au CNRS.  Il sera rejoint par Anne-Marie Moulin, médecin, philosophe, spécialisée en médecine tropicale, directrice de recherche émérite au CNRS.

Publicité

S'agit-il d'une épidémie massive ?

Il s’agit d’une grande épidémie, il n’y a pas de doute. Il y a une augmentation très rapide du nombre de cas et de décès. Renaud Piarroux

Le taux de mortalité à 3% est sans doute surestimé. Renaud Piarroux

En savoir plus : Coronavirus : une contagiosité sous-estimée ?

Quelles sont les populations les plus à risque ?

"Manifestement, il y a une injustice : les hommes de la soixantaine sont plus à risque [...] ainsi que les personnes âgées fragilisées qui ont des problèmes respiratoires préexistants." Renaud Piarroux

En savoir plus : Wuhan épicentre du coronavirus : comment vivent les Français en quarantaine ?

La gestion de la crise par les autorités chinoises

"Aujourd'hui, la Chine joue la transparence. C'est important et c'est un phénomène politique : elle la joue d'autant plus que quelque part elle veut effacer une humiliation qui remonte jusqu'aux guerres de l'opium. [...] Les Chinois revendiquent une modernité totale, la preuve c'est qu'ils construisent un hôpital en quelques jours sous l’œil des caméras." Anne-Marie Moulin

"Ils ont intérêt à communiquer très rapidement. [...] Malgré l'importance de la réaction on en est à 17 000 cas et c'est probablement une sous-estimation. Les autorités chinoises ont fait ce qu'elles pouvaient faire dans un cas de ce type." Renaud Piarroux

À lire : Coronavirus chinois : plus mystérieux que la peste, le paludisme, le choléra

En savoir plus : Zoonoses : passer du coq à l’homme

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Elodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation