Croissance : l’optimisme est-il permis ?  ©Getty - Klaus Vedfelt
Croissance : l’optimisme est-il permis ? ©Getty - Klaus Vedfelt
Croissance : l’optimisme est-il permis ? ©Getty - Klaus Vedfelt
Publicité
Résumé

Après l'aide d'urgence, comment reconstruire et aller vers une meilleure économie ?

avec :

François Villeroy de Galhau (Gouverneur de la Banque de France), Anton Brender (chef économiste de Candriam, membre du Cercle des économistes).

En savoir plus

La confiance affichée par le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, dans une reprise de la croissance attire les regards et les oreilles dans cette période marquée par l’incertitude et même un certain marasme…

L’institution qu’il dirige veille depuis des mois sur les effets de la pandémie et des mesures sanitaires sur l’économie, des entreprises à l’épargne populaire. La nouvelle note de conjoncture publiée ce 12 avril alors que le pays est de nouveau ralenti dénote une “résilience accrue de l’économie aux contraintes sanitaires”. 

Publicité

Sa confiance va même plus loin : “Cette rude crise pourrait aussi être la chance d’une économie plus durable et plus innovante”, assure-t-il dans un livre récemment paru, Retrouver confiance en l’économie (Odile Jacob, février 2021).

En seconde partie, il sera rejoint par Anton Brender, économiste chez CANDRIAM, auteur de Capitalisme et progrès social (La découverte, 2020). 

L'économie développe une résilience accrue aux contraintes sanitaires

Cette enquête de conjoncture est menée de la façon suivante : chaque mois depuis le début de la crise, nous interrogeons 8500 entreprises de toutes tailles, de tous secteurs, dans tous les territoires et de façon totalement indépendante du gouvernement. Nous en publions une estimation économique. François Villeroy de Galhau

Après les nouvelles restrictions, au mois de mars, on était à - 4% d'activité par rapport aux niveaux pré Covid. Au mois d'avril, nos prévisions sont de -7%. C'est 4 à 5 fois moins de perte d'activité qu'il y a un an, en avril 2020. C'est un niveau équivalent au mois de novembre dernier, alors que les écoles n'étaient pas fermées. François Villeroy de Galhau

Dans l'industrie, le bâtiment, le protocole sanitaire fonctionne. Deux secteurs sont en retrait : l'automobile et l'aéronautique. Cette crise se concentre plutôt sur les services. Si les services aux entreprises fonctionnent bien, les services aux particuliers, eux, souffrent des restrictions sur l'hébergement, la restauration ou les locations d'automobiles. Mais globalement, ceci donne une économie française résiliente. François Villeroy de Galhau

Une croissance supérieure à 5% sur l'ensemble de l'année 2021

Si les restrictions supplémentaires actuelles ne durent pas au delà du mois de mai, nous devrions avoir pour l'économie française une croissance supérieure à 5% sur l'ensemble de l'année 2021.  L'économie française croîtra nettement plus que la moyenne européenne. Cette année, la moyenne européenne est à 4%. François Villeroy de Galhau

La logique sociale démocrate de Joe Biden

On vit un virage vers la direction sociale démocrate. C'est Roosevelt qui l'a initiée dans le monde d'aujourd'hui. L'arrivée au pouvoir de Joe Biden avec la majorité au Congrès lui donne la possibilité de transformer l'économie et la société américaine. Je pense que c'est sa volonté et c'est ce qu'il a commencé à faire à l'issue de cette pandémie. La façon dont l'administration américaine aborde la transformation de l'économie est très différente de ce à quoi on s'était habitué depuis plusieurs décennies. Anton Brender

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation