. ©Getty - Jan Hakan Dahlstrom
. ©Getty - Jan Hakan Dahlstrom
. ©Getty - Jan Hakan Dahlstrom
Publicité
Résumé

La sexualité… Un sujet qui ne sera sans doute jamais clos.

avec :

Matthieu Garrigou-Lagrange (Producteur de l'émission "Géographie à la carte" sur France Culture), Ovidie (Écrivaine, réalisatrice, productrice).

En savoir plus

Le mouvement MeToo, les débats sur le lesbianisme politique au sein du mouvement féministe, ou plus récemment, le succès critique du documentaire Vivre sans sexualité, diffusé par France Culture, qui donne la parole à des personnes qui n’ont pas ou plus de vie sexuelle, prouvent que la sexualité continue de poser d’innombrables questions. 

Comment fonctionnent les pulsions ? À quel point nos fantasmes sont marqués par une masculinité dominatrice ? L’attachement à la virilité et la culture de la disponibilité féminine interrogent de plus en plus de jeunes hommes et jeunes femmes qui s’en sentent prisonniers et aimeraient s’en débarrasser. 

Publicité

Sortir de la sexualité peut-il, des années après les combats menée sous le mot d’ordre de la libération sexuelle, émanciper ? L’omniprésence de la sexualité dans le cinéma ou la publicité, en tout cas, interroge. 

L'histoire du Brutaliste, ou la chut d'une pulsion sexuelle violente

« Le Brutaliste » met en scène un architecte portugais, encore vivant aujourd’hui, qui, au sommet de sa gloire, a vu des enregistrements fuiter, révélant ses relations sexuelles avec des jeunes filles non consentantes. 

L’architecte décide de ne pas payer le journaliste qui le fait chanter. C’est une sorte de suicide social, il perd sa famille et son travail et il est devenu la risée des Portugais. Une espèce de monstre que tout le monde connaît. Ça ne fait pas tellement scandale à l’époque, mais il était devenu la risée de Lisbonne. Matthieu Garrigou-Lagrange

Il y a un côté extrêmement kitsch dans ces enregistrements. C’est ridicule et c’est le produit d’une éducation patriarcale. J’ai rencontré cet homme à quatre reprises et il me disait ne pas voir le mal dans ces relations sexuelles. Il prend Woodstock comme justification, on s’amusait et tout le monde savait que c’était un jeu. Matthieu Garrigou-Lagrange

Pour étudier la question de la pulsion, je voulais prendre un personnage qui a les caractéristiques de la pulsion extrême. Or dans ma découverte de l’homosexualité, il y avait la honte de mon propre désir. Je pense, qu’il faut distinguer différents types de pulsions sans condamner le désir, sauf dans son caractère extrême, mais il faut être attentif à respecter le désir sans pointer du doigt ceux qui ont des désirs différents des autres. Matthieu Garrigou-Lagrange

De la pulsion violente à la remise en question du désir

Matthieu Garrigou-Lagrange et Ovidie pointent un changement de mentalité sur les questions des rapports sexuels dans notre société aujourd'hui.  Pour l'un comme pour l'autre, le contexte social et historique que nous connaissons,  remettent en cause de les fantasmes et poussent à une déconstruction du désir. 

On a senti qu’il se passait quelque chose et surtout qu’on commençait à en parler. On nous a fait croire que tout le monde faisait l’amour, que tout le monde a une vie sexuelle riche et trépidante. La vérité c’est que beaucoup de personnes n’ont pas de vie sexuelle, n’en n’ont plus ou font une pause. Ovidie

Les nombreux témoignages du mouvement Me Too ont particulièrement permis une prise de conscience de la dissymétrie du plaisir sexuel. L'écart orgasmique en faveur de l'homme est aujourd'hui remis en question.

Je pense qu’un jour ça se rééquilibrera. L’absence de sexualité n’est pas un projet de vie, ni un projet de société. Il ne va pas avoir une destruction de l’hétérosexualité mais peut être une remise à zéro, une reprise des règles du jeu. Ovidie

Il faut souligner le moment historique et ne pas rester dans les polémiques, mais voir que les choses avancent et qu’elles vont se normaliser. C’est assez réjouissant et surtout il faut que les gens continuent à se parler. Matthieu Garrigou-Lagrange

>>> Retrouvez ici La Série Documentaire "Vivre sans sexualité" d'Ovidie et Tancrède Ramonet, produite par Séverine Cassar

À réécouter : Vivre sans sexualité
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation