Défense : la cyberguerre à nos portails. Avec Gérôme Billois, Asma Mhalla et Maxime Tellier

Entraînement de soldats de l'Otan lors d'un combat simulé sur ordinateur le 07 mars 2022
Entraînement de soldats de l'Otan lors d'un combat simulé sur ordinateur le 07 mars 2022 ©Getty - picture alliance
Entraînement de soldats de l'Otan lors d'un combat simulé sur ordinateur le 07 mars 2022 ©Getty - picture alliance
Entraînement de soldats de l'Otan lors d'un combat simulé sur ordinateur le 07 mars 2022 ©Getty - picture alliance
Publicité

Le champ de bataille ukrainien est-il aussi l’espace privilégié du déploiement de la cyberguerre ? Pour le moment, Moscou joue surtout la carte de la propagande et de la déstabilisation via les réseaux. Mais les cyberattaques représentent bien une menace grandissante et un nouvel enjeu de défense.

Avec
  • Asma Mhalla Enseignante, spécialiste des enjeux géopolitiques du numérique.
  • Maxime Tellier Journaliste au service numérique de la rédaction de France Culture

Quelques semaines avant que les chars russes ne passent la frontière ukrainienne, Kiev accusait Moscou - qui niait en bloc toute implication - d’être derrière une cyberattaque massive ayant visé plusieurs sites gouvernementaux. Le but ? Déstabiliser et saper la confiance des citoyens dans leurs autorités. Dans la foulée, des tentatives de perturber un satellite, et une attaque contre un opérateur de télécommunications sont venues confirmer que la cyberguerre n’est plus un horizon lointain.

Certains spécialistes mettent en garde : plus que des attaques en règle, la guerre en Ukraine, et plus largement les tensions entre la Russie et ses voisins mobilisent sur le front de la contre-information, de la propagande et de l’influence via les réseaux.

Publicité

Le sujet mêle technique et politique. Les spécialistes peuvent avoir du mal à reconnaître la panne informatique de l’attaque en règle, et il n’est pas toujours aisé d’attribuer une offensive, surtout quand les régimes et les armées s’attachent les services de pirates et de hackers plus ou moins patriotes, plus ou moins mercenaires 2.0.

Il n’en reste pas moins que le virus informatique comme arme de guerre est un sujet bien réel, comme en témoigne la découverte en 2010 de la création et l’installation d’un virus par les services secrets américains dans le but de ralentir le programme nucléaire iranien. Le sujet, bien évidemment, fascine le grand public, jusqu’à s’inviter dans la fameuse série Le Bureau des légendes par exemple. Du côté des états-majors, elle engage. En France, depuis quelques années, l’armée se met sérieusement à la cyberdéfense.

Guillaume Erner reçoit ce matin Gérôme Billois, expert cybersécurité au cabinet Wavestone, Asma Mhalla, maîtresse de conférence à Sciences Po, et autrice du rapport de la fondation Jean Jaurès “Cyberespace : extension du domaine de la lutte. Penser la techno-politique au XXIe siècle à l’aune de la guerre en Ukraine” (mars 2022) et Maxime Tellier, journaliste au service numérique de la rédaction de France Culture.

Des attaques numériques ciblées qui débordent de leur champ initial

L’élément le plus frappant dans le domaine cyber du conflit ukrainien est l’attaque qui a touché les satellites utilisés pour les communications de l’armée ukrainienne explique Gérôme Billoi. "Dès le premier jour de l’invasion russe, s’est produit une attaque simultanée sur ce réseau de satellites, à la fois en le saturant pour l’empêcher de fonctionner, mais aussi en détruisant une partie du matériel avec une attaque cyber dans les modems des satellites pour les rendre inopérant. Cette attaque a débordé de son champ initial et a touché plus d’une dizaine de milliers de simples abonnés internet en France ou des champs d'éoliennes en Allemagne où la communication a été perdue, explique-t-il. "C’est le problème de ces guerres numériques".

La cyberguerre et la guerre informationnelle

La cyberguerre est un ensemble de modalité d’actions qui viennent en complément des modalités de combat conventionnelles et qui vont attaquer le cyberespace. Asma Mhalla explicite : "l_e cyberespace est l’ensemble des infrastructures, des réseaux, et de nos usages informels de ces réseaux"_. Elle détaille les deux grands volets des actions militaires. Le premier concerne le contenu de la sphère informationnelle, c'est-à-dire l’ensemble des narratifs et de la propagandes d’un camp et d’un autre. "Le combat de narratifs est très important de chaque côté et l’enjeu est l’opinion publique occidentale". Le deuxième volet, de plus basse intensité, est celui des cyberattaques.

Nos invités :

  • Gérôme Billois : expert cybersécurité au cabinet Wavestone.
  • Asma Mhalla, maîtresse de conférence à Sciences Po, spécialiste des enjeux politiques du numérique. Elle est l’autrice du rapport de la fondation Jean Jaurès “Cyberespace : extension du domaine de la lutte. Penser la techno-politique au XXIe siècle à l’aune de la guerre en Ukraine” (mars 2022).
  • Maxime Tellier : Journaliste au service numérique de la rédaction de France Culture.