Marine Le Pen prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Henin-Beaumont, le 19 juin 2022.
Marine Le Pen prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Henin-Beaumont, le 19 juin 2022.
Marine Le Pen prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Henin-Beaumont, le 19 juin 2022. ©AFP - DENIS CHARLET
Marine Le Pen prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Henin-Beaumont, le 19 juin 2022. ©AFP - DENIS CHARLET
Marine Le Pen prononce un discours après les premiers résultats des élections législatives à Henin-Beaumont, le 19 juin 2022. ©AFP - DENIS CHARLET
Publicité
Résumé

Le Rassemblement national entre en force à l’Assemblée. Le fruit d’une banalisation de l’extrême-droite ou d’une stratégie de parti bien rodée ?

En savoir plus

Avec 89 députés, le RN est appelé à jouer un rôle important dans l’opposition au gouvernement.

Nos invités analysent ce résultat inédit, et se demandent quelle ligne de conduite les élus d’extrême-droite pourraient adopter, entre la tentation tribunitienne et les promesses de Marine Le Pen d’être une “opposition constructive”.

Publicité

L'échec du Front républicain

Pour Gilles Ivaldi, le score du Rassemblement national à l’Assemblée nationale, est une surprise pour la plupart des observateurs. "Personne ne l’avait anticipé, même pas Marine Le Pen. Depuis dimanche on se demande ce qui a pu jouer, et on pense notamment à la question du Front républicain. Jusqu’à présent c’était un mécanisme qui permettait de limiter la diffusion du FN, puis du RN dans les seconds tours."

Gille Ivaldi parle même « d’oraison funèbre du Front républicain ». "On voit à quel point ce processus historique a été mis à mal. Il faut se rappeler que les premières brèches datent des années 2010, lorsque la droite adopte le principe du « ni, ni » : ni gauche, ni FN. Ce qui donne une certaine légitimité à ce dernier. Dans ces dernières élections, on a vu que la majorité présidentielle a sans doute été un peu ambigüe dans son appel au Front républicain, ou n’a pas assez clairement rappelé le barrage à l’extrême droite."

33 min

Dimanche soir à Hénin-Beaumont

Antoine Marette suit le Rassemblement national depuis septembre 2020. Il a notamment suivi les deux dernières soirées électorales organisées par le RN à Hénin-Beaumont : "Ils ne s’attendaient tellement pas à ce score, que pour la premier tour ils ont fait ça dans une petite salle associative avec très peu de places. Il y avait quelques journalistes, quelques militants. Pour le deuxième tour, ils ont organisé une soirée électorale avec beaucoup plus monde dans une salle qui s'est peuplée à mesure que les résultats tombent. À partir de 20h, les militants sont arrivés et ça a été la fête que personne n’attendait."

Nos invités :

  • Gilles Ivaldi, chargé de recherche au CNRS et au CEVIPOF, spécialiste des partis de droite radicale.
  • Antoine Marette, journaliste politique de la rédaction de France Culture, en charge de l’extrême droite.
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Caroline Payen
Stagiaire
Pauline Chanu
Production déléguée
Delphine Lerner
Stagiaire
Jules Crétois
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration