Les experts du Giec publient le dernier volet de leur rapport sur les solutions à apporter à la crise lundi 4 avril 2022
Les experts du Giec publient le dernier volet de leur rapport sur les solutions à apporter à la crise lundi 4 avril 2022
Les experts du Giec publient le dernier volet de leur rapport sur les solutions à apporter à la crise lundi 4 avril 2022 ©AFP - BJ KIRSCHHOFFER
Les experts du Giec publient le dernier volet de leur rapport sur les solutions à apporter à la crise lundi 4 avril 2022 ©AFP - BJ KIRSCHHOFFER
Les experts du Giec publient le dernier volet de leur rapport sur les solutions à apporter à la crise lundi 4 avril 2022 ©AFP - BJ KIRSCHHOFFER
Publicité
Résumé

Il est là, tout chaud sorti du cerveau des scientifiques, et au moins aussi chaud que ce qui nous attend : le dernier rapport du GIEC a été rendu public hier, et il résonne déjà comme une défaite dans la bataille contre le réchauffement climatique.

avec :

Camille Étienne (Activiste pour le climat, porte-parole du collectif "On est prêts", membre du duo Pensée Sauvage), Jean-Baptiste Fressoz (Historien des sciences, des techniques et de l'environnement).

En savoir plus

C’est l’autre actualité dramatique, celle dont-on parle peut-être moins fréquemment ces dernières semaines, bien qu’elle touche toutes les générations vivantes et à venir.

Le dernier rapport du GIEC n’est pas réconfortant, mais il permet un peu d’optimisme. Nous avons atteint un point de non-retour, mais nous pouvons encore nous adapter, pour limiter les dégâts, et les victimes.

Publicité

Le rapport du GIEC rendu public hier nous présente les préconisations à suivre. Décryptage et analyses pour transformer ces préconisations en actions concrètes avec nos invités :

  • Jean-Baptiste Fressoz : historien, chercheur au CNRS, Centre de recherches historiques de l’EHESS, ses travaux portent sur l’histoire environnementale et l’Anthropocene, contributeur de l’ouvrage "Greenwashing. Manuel pour dépolluer le débat” dirigé par Aurélien Berlan, Guillaume Carbou et Laure Teulières (Seuil, 2022).
  • Franck Lecocq : enseignant-chercheur d'AgroParisTech et directeur de l'UMR CIRED. Coordinateur du chapitre 4 du rapport du GIEC, intitulé « Trajectoires d’atténuation et de développement à court et moyen terme ».
  • Ils seront rejoints à 8h20 par Camille Etienne : activiste pour la justice sociale et climatique.

Le troisième volet du sixième rapport du GIEC

Le rapport a mobilisé 276 scientifiques pendant 4 ans pour un contenu total de 3000 pages environ. Franck Lecocq attire l’attention sur une nouveauté de la situation contemporaine par rapport à celle du précédent rapport cinq ans avant. "Des politiques climatiques sont en place dans une bonne partie du monde et plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre sont d’une certaine manière régulées par ces politiques climatiques". Néanmoins, ce n’est pas suffisant et les émissions n’ont jamais été aussi hautes qu’aujourd’hui. "ll faut les faire passer par un plateau d’ici à 2025 et les réduire drastiquement d’ici à 2030 ou l’objectif de 1,5°C sera hors de portée".

Le discours utopique contre-productif

Jean-Baptiste Fressoz est frappé par le nombre d’euphémismes du rapport. "Un paragraphe concerne les procédés de capture du carbone dans l’air et du stockage dans le sol. Ces émissions dites négatives sont désormais indispensables". Mais, pour le chercheur, ces procédés ne fonctionnent pas. "On a investi des milliards pour sortir le carbone du sol avec des infrastructures qui ont mis très longtemps à être construites, et il faudrait inventer en quelques années une technologie, la diffuser largement, récupérer le carbone de l’air et l’envoyer dans le sous-sol ?" Au détour du rapport, les scientifiques indiquent qu’il faudrait stocker 1000 gigatonnes de carbone et que cela va être challenging. "Le discours incantatoire du "on peut y arriver" a un côté contre-productif".

Un appel aux gouvernements

Camille Etienne, à la lecture du rapport du GIEC déclare que "quand on reçoit ça à 23 ans, le vide devant nos pieds est assez vertigineux". Ce rapport, selon l’activiste pour la justice sociale et climatique, rappelle bien qu’on a les solutions, qu’elles sont sur la table, et donc que l’inaction des gouvernements ou plutôt l’action délibérée pour garder un statut quo, devient de plus en plus suicidaire. "À chaque fois, on est confronté au plafond de verre du trop compliqué, trop difficile à changer ou trop long. Avec la crise du Covid, on a été capable de clouer des avions au sol, de fermer des entreprises, de prendre des décisions radicales et rapides au nom d’une crise".

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation